/entertainment/music
Navigation

«Une tape dans le dos dont j’avais besoin»

La révélation de l’année, Eli Rose, a fêté son Félix à la maison

42e Gala ADISQ
Photo courtoisie ADISQ Émue après avoir été proclamée Révélation de l’ADISQ, Eli Rose voit ce Félix comme un tremplin important.

Coup d'oeil sur cet article

Comment célèbre-t-on le premier Félix de sa carrière quand il n’y a pas de party de l’après-ADISQ à cause d’une pandémie ? Dans le cas d’Éli Rose, révélation de l’année, ce fut en mangeant des frites et des burgers avec son copain, en regardant Occupation Double.

« C’est particulier de gagner un Félix en pleine pandémie. Après le gala, ils nous ont appelés pour sortir un par un. J’ai vu deux ou trois personnes. Au moins, j’ai pu revoir Marc Dupré (avec qui elle a chanté pendant le gala) pour le remercier », a confié la chanteuse pop qui s’est filmée sur les réseaux sociaux en train d’ouvrir, non sans peine, une bouteille de champagne.

Dans une catégorie où on attendait Évelyne Brochu ou Flore Laurentienne, Éli Rose, qu’on a d’abord connue à l’époque d’Éli et Papillon, a causé la surprise. Elle-même n’y croyait pas et avait peine à contenir ses émotions durant son discours de remerciement.

Lundi, elle se réjouissait que la pop urbaine francophone, un genre qu’elle considère encore comme mal perçu au Québec, obtienne cette reconnaissance.

« Remporter ce prix avec ce type de musique est un honneur et “légitimise” ce que je fais. Après treize ans, des fois je me demande si j’arrête ou je continue, si la musique que je fais a sa place au Québec. Ce Félix est comme une tape dans le dos dont j’avais grandement besoin cette année. »

Par ailleurs, même si des catégories sont appelées à être mises de côté en raison de la pandémie, le Gala de l’ADISQ ne devrait pas subir de grands chambardements en 2021 et il est question de conserver certaines innovations, annonce la productrice exécutive, Julie Gariépy.

Ce sera le cas des prestations musicales filmées en extérieur, comme celles de dimanche soir dans des lieux emblématiques de Montréal et Québec, et des numéros préenregistrés en studio.

« On a tellement travaillé à reconstruire. Il y a des choses qui, même si on se retrouvait de nouveau dans une salle de spectacles, on va vouloir faire différemment », indique Mme Gariépy.

Ajustements

Pour ce qui est des catégories, tout indique que les cinq liées aux spectacles écoperont puisqu’à mi-chemin de la période d’éligibilité 2021, rien n’indique que les artistes pourront remonter sur scène bientôt.

Par contre, Julie Gariépy rappelle que la plupart des Félix reposent sur des albums et que le nombre de candidatures ne devrait pas fléchir l’an prochain, bien au contraire, puisque les artistes n’ont pas cessé de créer de la musique durant la pandémie.

Dimanche soir, le Gala de l’ADISQ 2020 a enregistré un auditoire moyen de 1 015 000 et une part de 40 %. En 2019, le gala avait obtenu un auditoire moyen de 1 229 000 et une part de 38 %. Il s’agit de données préliminaires dans les deux cas.

- Avec la collaboration de Marc-André Lemieux.