/word/usa/election2020
Navigation

Élection américaine: l’Allemagne appelle à la confiance dans le processus électoral

Élection américaine: l’Allemagne appelle à la confiance dans le processus électoral
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a appelé mercredi les responsables américains à faire « confiance » au « processus électoral » alors que le suspense demeurait sur l’issue de l’élection présidentielle américaine.

• À lire aussi: Un duel serré, l'issue de l'élection encore incertaine

• À lire aussi: Trump nous a encore fait le coup!

Le taux de participation est « historiquement élevé, malheureusement la polarisation aussi. C’est pourquoi il est important que tous les responsables politiques (...) créent la confiance dans le processus électoral et les résultats », a-t-il souligné dans un communiqué, tandis que Donald Trump a remis en cause le décompte des voix.

Le chef de la diplomatie, qui a par ailleurs annoncé se mettre pour la deuxième fois en quarantaine après avoir été de nouveau en contact lundi soir avec une personne infectée par la Covid-19, a insisté sur la nécessité de « faire preuve de patience et d’attendre » la fin du dépouillement. 

L’Allemagne occupe actuellement la présidence tournante de l’Union européenne.

En début de journée, la ministre de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer s’était inquiétée d’une « situation très explosive » aux États-Unis, où Donald Trump s’est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avant même la fin du décompte des voix.

Le résultat de « cette élection n’est pas encore décidé (...) les votes sont encore en cours de dépouillement », avait observé sur ZDF la ministre conservatrice et actuelle dirigeante du parti conservateur CDU d’Angela Merkel.

Elle avait jugé la « situation très explosive aux États-Unis » et mis en garde contre « une crise constitutionnelle » dans le pays. « C’est quelque chose qui doit tous nous préoccuper », a-t-elle ajouté.

« Nous devrions tous ensemble insister pour que des élections démocratiques se déroulent complètement. Et cela signifie qu’elles sont terminées lorsque tous les votes sont comptés », a de son côté estimé le ministre des Finances et vice-chancelier, Olaf Scholz. Il a insisté sur l’importance d’un résultat final issu « d’élections démocratiques dans des procédures démocratiques ».

« Chaque citoyen doit avoir la possibilité d’influer sur le résultat avec son propre vote », a-t-il prévenu en marge d’une visio-conférence des ministres européens des Finances.

Mme Kramp-Karrenbauer a elle reconnu que les relations entre Berlin et Washington avaient été « mises à rude épreuve au cours des quatre dernières années », sous la présidence de M. Trump. « Cette amitié est plus que la simple question de l’administration actuelle à la Maison-Blanche », veut-elle croire.

À l’avenir, « nous devrons faire beaucoup plus pour nos propres intérêts, en Allemagne et surtout avec les autres Européens », a préconisé Mme Kramp-Karrenbauer.

« Il est clair qu’en tant qu’Union européenne, surtout au vu des évolutions aux États-Unis, nous avons toutes les raisons d’insister sur la scène internationale pour que l’Europe développe sa propre puissance », a renchéri M. Scholz, candidat social-démocrate à la chancellerie aux élections de 2021. « Il est important, surtout maintenant, que nous rendions forte l’Europe ».

« Les États-Unis resteront un partenaire important pour nous, quel que soit le résultat final des élections », a-t-il assuré.

Donald Trump a pris mercredi la responsabilité de plonger les États-Unis dans l’inconnu en se déclarant vainqueur de la présidentielle, au moment où le décompte se poursuivait et où son adversaire démocrate Joe Biden semblait dans une position plus favorable.

Le spectre de longues journées d’incertitudes et d’âpres batailles judiciaires hante désormais la première puissance mondiale, déjà secouée par des crises sanitaire, économique et sociale d’ampleur.