/news/coronavirus
Navigation

Moins de 4 % des cas au Québec étaient inscrits à l'Alerte COVID

Environ 1200 des 32 600 Québécois infectés le mois dernier ont utilisé l’application

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Un mois après le déploiement d’Alerte COVID au Québec, le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire, a fait le point sur l’utilisation de l’application.

Coup d'oeil sur cet article

Sur environ 32 600 Québécois déclarés positifs le mois dernier, seulement 1200 d’entre eux ont utilisé l’application Alerte COVID pour avertir les autres utilisateurs croisés sur leur chemin d’un contact avec une personne infectée.

Depuis le déploiement de l’application fédérale au Québec, ce sont plus précisément 1233 personnes infectées qui ont réclamé une clé à usage unique, qui permet, sur son téléphone intelligent, de se déclarer contaminé.

De ce nombre, 1174 ont suivi la procédure jusqu’au bout en saisissant, dans l’application Alerte COVID, le code obtenu, afin d’aviser les autres utilisateurs qui ont été à proximité au cours des 14 derniers jours de leur exposition au virus.

En pourcentage, cela signifie que moins de 4 % des 32 597 Québécois infectés le mois dernier ont installé, puis utilisé correctement l’application.

«Ce n’est pas beaucoup sur le lot, c’est vrai. C’est sûr qu’on aimerait ça, qu’il y en ait plus», a reconnu le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire, lors d’un entretien exclusif avec notre Bureau parlementaire.

Quebec
Photo Stevens Leblanc

Mais le ministre préfère «regarder le verre à moitié plein» : depuis que son gouvernement a adopté l’application, 1174 Québécois ont volontairement posé un geste qui a permis d’en alerter plusieurs milliers d’autres, a-t-il souligné.

Le ministre Caire se réjouit surtout de constater que ceux ayant reçu un test positif ont su bien utiliser l’application.

Au moment où le gouvernement Legault commençait à envisager plus sérieusement l’adoption d’Alerte COVID, l’Ontario, qui était alors la seule province à utiliser l’application, avait déjà distribué plus de 500 clés à usage unique, mais seulement une centaine avaient été utilisées.

«On avait identifié ça comme un enjeu, se souvient M. Caire. On s’était dit : on n’a pas juste l’enjeu que les gens téléchargent l’application, on a l’enjeu que les gens se servent de la clé à usage unique une fois qu’ils ont un test. [...] Si t’as l’application et que tu ne rentres pas la clé quand tu as un test, bien ça ne donne rien, l’application est inutile.»

Quebec
Photo Stevens Leblanc

Avec un taux d’utilisation des clés à usage unique de 95 % chez les Québécois infectés, «c’est un succès», considère M. Caire.

5 millions de téléchargements

En raison des paramètres de confidentialité élevés de l’application, impossible de savoir avec précision combien de Québécois ont installé l’application sur leur téléphone.

On sait toutefois que plus de 5 millions de Canadiens l’ont téléchargée depuis la fin juillet. Au début octobre, Ottawa rapportait 3,5 millions de téléchargements.

Jusqu’à maintenant, plus de 2800 Canadiens ont entré une clé à usage unique dans l’application afin d’avertir les autres qu’ils avaient reçu un résultat positif après un test de dépistage.

« Pas d’urgence » pour le tramway

Le ministre délégué et député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, refuse de contribuer à mettre le projet de tramway « à l’abri d’une élection » comme le maire Labeaume semble vouloir le faire.

« À date, la seule urgence que j’entends, c’est qu’il ne faut pas que les citoyens de Québec puissent se prononcer sur ce projet-là à travers une élection. Ça, pour moi, ce n’est pas une urgence », a-t-il confié à notre Bureau parlementaire.

Encore la semaine dernière, Régis Labeaume s’est inquiété d’une éventuelle hausse des coûts du tramway si le gouvernement ne lui donne pas rapidement le feu vert pour passer à la prochaine étape.

« Il n’y a pas d’urgence financière », estime pour sa part M. Caire. [...] Si on me dit : on met en péril le projet financièrement. Parfait, sors tes chiffres. Parce qu’à date, ce que je vois, c’est que les chiffres, ils changent, et que ça n’a pas rapport avec la décision du gouvernement. »

« Triste » de voir ce qu’est devenue Radio X

L’ex-chroniqueur de Radio X devenu ministre depuis l’élection du gouvernement Legault, Éric Caire, se dit triste de la direction prise par la station radiophonique avec laquelle il a longtemps collaboré.

Comme la Ville de Québec et d’autres annonceurs, le gouvernement a récemment retiré ses publicités des ondes de CHOI FM en raison du discours de banalisation de la COVID-19 entretenu par certains animateurs.

« Je trouve ça vraiment triste », a commenté le ministre délégué à la Transformation numérique, dans un rare commentaire à ce sujet. « Je ne peux très certainement pas cautionner ce qui se dit à CHOI FM par les temps qui courent. Je trouve que ce n’est pas à la hauteur de ce que cette radio-là nous a apporté dans les dernières décennies », a-t-il souligné.

« Je pense que ce n’est même plus une question de cotes d’écoute, a-t-il analysé. C’est une question qu’ils sont allés trop loin dans le personnage, puis qu’ils finissent par se croire. [...] Vivement un retour à une radio d’opinion qui est capable d’être controversée, mais responsable. »

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres