/news/education
Navigation

Des cours d’initiation aux écrans dès le primaire

L’organisme Cyber-aide en a fait la demande officielle au gouvernement

Coup d'oeil sur cet article

Des cours d’initiation à la technologie devraient être obligatoires dès le primaire, selon l’organisme Cyber-aide, qui en fait la demande formelle au gouvernement.

L’organisme à but non lucratif œuvrant depuis 2011 à mettre en place des programmes de prévention et de sensibilisation dans les domaines de la cyberdépendance et la cyberintimidation a constaté une dégradation des comportements liés «aux écrans» au fil des années. 

En réaction à ce phénomène, Cathy Tétreault, la directrice générale de l’organisme, lancera prochainement une pétition en ligne demandant à Québec l’instauration de cours destinés à initier aux « écrans » les élèves des écoles primaires. 

Elle souhaite que la demande crée autant d’écho que celle qu’elle avait lancée en 2014 pour l’implantation de cours à l’éducation à la sexualité alors que la députée d’Hochelaga-Maisonneuve à l’époque, Carole Poirier, avait déposé sa pétition à l’Assemblée nationale.

«Depuis 2015, on commence à me demander mon expertise pour des classes d’écoles primaires. Les plus jeunes font face plus rapidement à des problèmes de comportements ou des troubles liés à l’utilisation des jeux ou des réseaux sociaux», explique Cathy Tétrault. 

Cette dernière est désormais invitée à donner des ateliers de sensibilisation à des classes de maternelle et de première année du primaire qui dénombre déjà quelques cas de surutilisation.  

«Sur le terrain, je le vois, je l’entends et j’offre des services parce qu’il manque d’informations et un mode d’emploi», a-t-elle affirmé. 

Un rapport de 2019 

La Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication en éducation a publié en avril 2019 le rapport «Cadre de référence de la compétence numérique» mandaté par le ministère de l’Éducation.  

Selon le titulaire de la Chaire, Thierry Karsenti, le document de référence supporte dès l’introduction la proposition de Cathy Tétreault.