/finance/business
Navigation

Les investisseurs de Nemaska se sentent floués

Coup d'oeil sur cet article

Des investisseurs de Nemaska Lithium prennent les grands moyens afin de récupérer les sommes colossales perdues à la suite de la restructuration de l'entreprise.  

• À lire aussi: Jusqu’à 1,4 milliard $ d’argent public pour la filière des batteries

• À lire aussi: Mines de lithium: encore loin de la coupe aux lèvres

• À lire aussi: L'aventure Nemaska Lithium se poursuit

Convaincus d'avoir été floués, ces actionnaires ont décidé d’intenter une action collective contre le gouvernement du Québec. 

Alain Fournier est un de ceux qui a cru en Nemaska Lithium, une entreprise censée exploiter un important gisement au nord du Québec, utile dans la fabrication de batteries électriques.

Lorsque l'entreprise a éprouvé des difficultés financières, il a continué d'y croire et il n'a pas touché à ses actions parce que le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon promettait publiquement de la sauver.

Sauf que finalement, en août dernier, monsieur Fitzgibbon qualifiait sa structure initiale de «patente à gosses».

Le gouvernement a finalement racheté l'entreprise en faillite pour 300 M$ avec un partenaire britannique, Pallinghurst. Sauf qu'en la restructurant, il a largué par le fait même les 25 000 actionnaires québécois.

«Je n’ai pas perdu d'argent; je me suis fait voler une business», affirme Alain Fournier

Les actionnaires veulent maintenant intenter un recours collectif pour faire la lumière sur ce qui s'est passé dans les coulisses de la transaction.

Les actionnaires disent avoir trouvé un avocat, mais affirment avoir approché pas moins de neuf firmes, toutes hésitantes à prendre en main ce dossier qui s'attaque au gouvernement Legault.