/news/provincial
Navigation

Port de Québec: 170 municipalités donnent leur appui au projet Laurentia

Port de Québec: 170 municipalités donnent leur appui au projet Laurentia
Photo courtoisie Port de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le Port de Québec fait le plein d'appuis chez les élus des municipalités en périphérie de la capitale avec 170 maires et préfets qui soutiennent le projet de terminal de conteneurs Laurentia.

• À lire aussi: Projet Laurentia: il est temps d'être ambitieux pour Québec

Lundi, le pdg du Port, Mario Girard, était accompagné du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et des préfets des MRC de Lotbinière, Normand Côté, et du Témiscouata, Guylaine Sirois. En tout, le Port a recueilli les appuis des élus de 34 municipalités et de 11 MRC, pour un total de 170 villes et municipalités. Les intervenants ont plaidé pour la réalisation du projet de terminal de conteneurs qui selon eux, peut aider leurs entreprises à être plus compétitives, grâce à un meilleur accès aux marchés mondiaux qu'ils estiment pouvoir gagner grâce au futur terminal. 

Le maire Lehouillier a pressé le gouvernement Trudeau de donner son aval au projet. «Nous croyons que le gouvernement fédéral doit appuyer, aller de l'avant et donner le feu vert à Laurentia pour voir nos régions s'enrichir davantage.» Il estime que sa région peut se positionner avantageusement dans ce projet grâce au centre logistique de transfert ferroviaire à Charny. Des terrains de 500 hectares dans l'est de la ville pourraient bien être utilisés par le Port, entre autres pour de l'entreposage, a indiqué M. Girard. Pour les préfets des MRC de Lotbinière et de Témiscouata, Laurentia deviendra une porte ouverte sur des marchés difficilement accessibles en ce moment. Lotbinière a besoin de s'approvisionner plus efficacement en équipements agricoles, selon M. Côté.  

Au Témiscouata, la «capitale du sirop d'érable», on pense pouvoir bénéficier des atouts d'un accès à un port en eau profonde pour exporter les produits. Les entreprises productrices d'ardoise et de bois peuvent aussi en profiter pour exporter à moindres frais, estime la préfète Guylaine Sirois. 

Dans une lettre ouverte, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a aussi signifié son appui au projet. «Il est temps d'être ambitieux pour Québec», écrit-elle.

Les réactions des opposants au projet n'ont pas tardé. «Nous aimerions rappeler aux maires et préfets qui se prononcent aujourd'hui que nous avons la signature de 15 000 humains qui individuellement et collectivement se sont prononcés contre le projet Laurentia. Peuvent-ils en dire autant?» a lancé Véronique Lalande, d'Initiative citoyenne de vigilance du port de Québec, qui a mené deux recours collectifs contre le Port. 

Le groupe Accès Saint-Laurent s'est dit «indigné» de la sortie du Port. «En quoi ces appuis vont-ils rendre le projet Laurentia plus acceptable socialement ? Ces maires ne connaissent que la version promue par le Port. Personne ne leur a parlé des impacts négatifs que l'éventuel terminal de conteneurs aura sur les communautés voisines et sur l’environnement fluvial. Par ailleurs, les maires ont-ils pris le temps de consulter leurs commettants avant de donner leur appui inconditionnel au Port ? Nous en doutons fortement.» 

Le groupe en appelle maintenant au gouvernement fédéral pour qu'il tienne compte de l'acceptabilité sociale et de l'opinion des citoyens qui se sont prononcés en défaveur de Laurentia.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.