/entertainment/music
Navigation

Nouvel album: retour en force et réussi pour AC/DC

La légendaire formation australienne offre un album très inspiré avec Power Up

AC/DC
Photo courtoisie Le bassiste Cliff Williams, le batteur Phil Rudd, le guitariste Angus Young, le chanteur Brian Johnson et le guitariste Stevie Young ont senti qu’il se passait quelque chose lors de l’enregistrement de Power Up, qui sera lancé vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

Six ans après Rock or Bust, AC/DC arrive avec de la nouvelle musique. Un retour inattendu et en force. 

Le quintette australien a vécu quelque chose de fort lors de la création de ce nouvel opus. Leur 17e en carrière.

Un sentiment que l’on ressent dès les premières notes de Realize qui ouvre l’album Power Up. Le «riff» de guitare est solide et ça rentre au poste. AC/DC semble inspiré et en très grande forme. On n’a pas l’impression d’entendre des gars qui sont en fin de soixantaine et qui ont même franchi les 70 ans. 

«Il s’est passé quelque chose d’exceptionnel. Il y avait beaucoup d’électricité et d’excitation dans le studio», a lancé le chanteur Brian Johnson, lors d’un entretien virtuel exclusif avec Le Journal.

Assis confortablement dans un sofa, Johnson est de bonne humeur. C’est visible. Il chantera même quelques mesures de Demon Fire lorsqu’on abordera cette chanson.

Power Up, qui sera disponible à partir de vendredi, sort un peu de nulle part. À l’été 2018, des photos montrant le groupe à quelques pas d’un studio d’enregistrement de Vancouver avaient alimenté les rumeurs. 

Un secret bien gardé

Brian Johnson, Angus Young, son neveu Stevie, Cliff Williams et Phil Rudd avaient été surpris autour du studio où ils ont enregistré les albums Stiff Upper Lip, Black Ice et Rock or Bust. Et puis ce fut le silence jusqu’au 28 septembre, lorsqu’on a vu le logo du groupe s’allumer sur les réseaux sociaux.

«J’ai dû garder ça secret durant une année et demie. Je dois maintenant m’excuser auprès de tous mes amis qui me demandaient comment l’album allait être. Je leur disais que c’étaient des rumeurs», a-t-il raconté, en éclatant de rire.

De retour après avoir connu de graves problèmes auditifs, le chanteur explique que le groupe n’entre jamais en studio avec l’intention de faire un mauvais album ou un disque exceptionnel.

«Les étoiles étaient alignées. On a réalisé qu’il était en train de se passer quelque chose», a-t-il indiqué.

Le bassiste Cliff Williams se souvient de l’énergie présente lorsque le groupe a répété les chansons de Power Up.

«C’était la fête, et après quelques jours, c’était incroyable. C’est un disque magnifique et il va mettre des sourires sur les visages dans une année remplie de déception», a-t-il fait savoir.

Power Up est un hommage au guitariste Malcolm Young décédé en novembre 2017. Il a été construit à partir d’idées et de «riffs» de guitare qu’il avait travaillés avec son frère Angus.

«Malcolm nous manquait, mais son esprit était présent. On avait l’impression qu’il était avec nous afin de veiller à ce que tout soit à son goût», a-t-il laissé tomber.

Un gros disque 

Disons-le tout de suite. AC\DC ne réinvente pas la roue. Ça n’a jamais fait partie de leurs objectifs.

Sur Power Up, 17e album studio de la formation, le quintette australien est très inspiré.

Realize, qui lance l’opus, donne le ton. Le «riff» de guitare est puissant et solide.

Les bons moments sont nombreux, comme c’est le cas avec Rejection, Shot in the Dark, Kick You When You’re Down, Demon Fire, System Down et les autres. On retrouve neuf bonnes chansons sur 12. Et avec un disque qui dure 41 minutes, AC/DC va droit à l’essentiel. Il n’y a pas de remplissage et c’est efficace. 

Hommage à Malcolm Young, Power Up est supérieur à tout ce que le groupe a fait depuis For Those About to Rock We Salute You. Un gros disque. Un retour réussi. 

Power Up ★★★★  

► Sortie vendredi !

► Une entrevue complète sera publiée dans le cahier week-end de samedi.