/news/education
Navigation

La ministre McCann à la recherche de solutions pour les cégépiens

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann
Photo d'archives La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann

Coup d'oeil sur cet article

À la suite d’un cri du cœur lancé par des cégépiens, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, affirme être en discussion avec la Santé publique afin d’apporter d’éventuels assouplissements pour leur permettre de socialiser davantage.

De plus en plus d’étudiants sont confrontés à la réalité des cours en ligne alors qu’une majorité de régions ont basculé en zone rouge au cours des dernières semaines. 

L’isolement mène à un niveau de détresse préoccupant, selon la Fédération étudiante collégiale du Québec, qui réclame des changements afin de pouvoir offrir au moins un cours en présence lors de la session d’hiver. 

La ministre McCann confirme avoir des discussions avec les autorités de santé publique afin de «donner un peu d’oxygène, mais de façon très, très encadrée» aux étudiants, a-t-elle indiqué mardi lors d’un entretien avec Le Journal

Vie étudiante

La ministre est à la recherche de «voies de passage» qui permettraient «dans un encadrement très strict» aux étudiants d’avoir des contacts «à intervalles vraiment espacés, avec de petits groupes, dans le cadre de la vie étudiante pour un peu alléger la situation». 

«La formule, on ne l’a pas à ce moment-ci, mais tout peut être discuté avec la Santé publique», précise-t-elle, tout en invitant les étudiants à être «réalistes».  

Les assouplissements en lien avec les cours semblent plus difficiles à envisager, en raison des groupes qui sont plus nombreux, mais rien n’est exclu, précise la ministre. 

Mme McCann espère que la Santé publique se positionnera «le plus rapidement possible» puisque la planification de la session d’hiver est déjà avancée. 

À la Fédération étudiante collégiale du Québec, on réclame des assouplissements qui vont au-delà de la vie étudiante.  

«C’est bien de chercher à créer des opportunités de socialisation, mais il faut aussi qu’il y ait des solutions dans la classe qui se mettent en place. Toutes les méthodes pédagogiques efficaces vont contribuer à la persévérance scolaire et à la réussite», affirme sa présidente, Noémie Veilleux. 

Les étudiants réclament la mise en place de cours «multimodaux»: un petit groupe d’étudiants pourrait suivre le cours dans la classe, en alternance dans le respect des mesures sanitaires, pendant que d’autres étudiants suivent le même cours en ligne. 

Mme Veilleux reconnaît que la mise sur pied de ce type de cours représente un défi logistique, mais «il faut sortir du cadre pour trouver des solutions», affirme-t-elle. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com