/news/transports
Navigation

Réseau structurant: Legault suggère de raccourcir le tracé du tramway

Québec rejette la dernière mouture du projet

Coup d'oeil sur cet article

François Legault suggère de raccourcir le tracé du tramway dans ses portions moins achalandées pour mieux desservir les banlieues dans le respect du budget de 3,3 milliards de dollars.

• À lire aussi: Tramway de Québec: les groupes écolos se disent «rassurés» par le ministre Bonnardel

• À lire aussi: Une multitude de critiques

• À lire aussi: Labeaume s’en prend à un rapport dévastateur du BAPE

C’est ce qu’a laissé entendre le premier ministre au lendemain de la publication par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) d’un rapport dévastateur sur le projet de tramway de la Ville de Québec.

« Même dans le rapport du BAPE, on en parle : est-ce qu’il y a un bout du tramway où il y a moins d’achalandage qui est absolument nécessaire ? Ça va faire partie des [...] discussions », a réagi M. Legault.

Ainsi, pour bonifier la desserte des banlieues sans allonger la facture, il faudrait, dans les zones où les prévisions d’achalandage sont moindres, privilégier un autre mode de transport que le tramway.

  • Écoutez l'entrevue du DG du Conseil régional de l'environnement, Alexandre Turgeon, avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:    

Photo Stevens Leblanc

Dans son rapport, le BAPE note d’ailleurs « qu’environ 40 % du parcours se déploie dans des zones peu denses, soit les antennes Le Gendre, à l’ouest, et Charlesbourg, à l’est ».

Lors de l’annonce du rejet du projet dans sa forme actuelle, le ministre des Transports, François Bonnardel, a toutefois assuré que la composante tramway allait demeurer « la colonne vertébrale » du réseau structurant.

Photo Stevens Leblanc

Mais pour que le projet obtienne l’aval du gouvernement, son tracé « sera assurément discuté et revu », a-t-il expliqué.

Contrairement à ce que suggère le BAPE dans son rapport, « il est hors de question d’étudier le métro », a écarté M. Bonnardel, qui souhaite rencontrer le maire Labeaume et son équipe « très rapidement » pour faire le point.

Photo Stevens Leblanc

Un budget immuable

Malgré les modifications réclamées, l’enveloppe globale de 3,3 milliards d’argent public demeure immuable, a réitéré le ministre des Transports. « La Ville devra faire des choix », a-t-il prévenu.

« Je suis persuadé qu’on peut offrir aux Québécois, aux gens de Québec, un bon projet pour 3,3 milliards, considère M. Bonnardel. Est-ce qu’on peut le modifier ? Assurément. L’améliorer ? Oui. Maintenant, donnez-moi la chance, dans les prochaines semaines, de travailler avec l’équipe du maire et de revoir ce projet. »

Photo Stevens Leblanc

En conclusion de son rapport, le BAPE recommande pourtant que ce budget soit « au besoin, révisé en fonction des améliorations nécessaires à l’atteinte des objectifs qu’il incarne ».

Le ministre Bonnardel a annoncé par la même occasion que la présentation du projet de 3e lien, qui était attendue d’ici la fin de l’automne, devra être reportée.

« Les négociations que nous aurons avec la Ville de Québec [...] (vont) indéniablement retarder la présentation du dépôt du projet du tunnel Québec-Lévis », a dit le ministre des Transports.

Dans son rapport, le BAPE demande également au gouvernement de préciser « ses intentions quant au projet du 3e lien ».

Il faudra vraisemblablement patienter encore avant d’avoir un aperçu des coûts du 3e lien.

Pelletée de terre en 2022

« Je devrai travailler avec la Ville en premier lieu et, par la suite, évaluer les changements possibles sur le tunnel Québec-Lévis », a expliqué M. Bonnardel, qui, au cours des derniers mois, a plaidé pour une meilleure intégration du projet de 3e lien avec celui de tramway.

« Nous prévoyons toujours une pelletée de terre en 2022 et nous confirmerons l’échéancier au moment de la présentation du projet », a précisé l’attachée de presse du ministre Bonnardel, Florence Plourde.

Des réactions

«  La CAQ rejette le projet actuel de tramway de Régis Labeaume : une décision très responsable à ce stade-ci. »

— Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

«  Pour que le projet du tramway voie le jour, il faut une réelle volonté politique et un réel leadership politique que l’on n’a jamais vus à la CAQ pour ce projet. »

— Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

«  Si on veut qu’il desserve les banlieues, il va falloir mettre plus d’argent. »

—Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

« Je suis très content. M. Bonnardel nous a rassurés. On ne parle pas d’un désaveu envers le projet. S’il voulait l’enterrer, il pouvait le faire, mais il ne l’a pas fait. »

— Christian Savard, DG de Vivre en Ville

«  On voit ça de façon très positive. [Le ministre] a confirmé le plus gros morceau, à savoir que le tramway est au cœur du projet. Pour moi, c’est majeur. »

— Étienne Grandmont, DG d’Accès transports viables

« Le mode du tramway est la meilleure option pour les besoins de Québec et nous sommes heureux que le gouvernement partage cette vision. »

— Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales pour Équiterre

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.