/news/politics
Navigation

Le gouvernement Legault vise la carboneutralité pour 2050

Periode des questions
Photo d’archives Benoit Charette
Ministre

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault fixe un nouvel objectif environnemental au Québec : atteindre la carboneutralité en 2050, a appris Le Journal.

• À lire aussi: Plaidoyer pour un Québec carboneutre d’ici 2050

Québec annoncera, lundi prochain, les détails de son Plan pour une économie verte (PEV). Le ministre de l’Environnement Benoit Charette et le premier ministre François Legault présenteront leur plan de match pour parvenir à l’objectif de réduction des gaz à effet de serre (GES) du Québec en 2030 : -37,5 % sous le niveau de 1990.

Même si son atteinte est incertaine, François Legault ajoutera une nouvelle cible : la carboneutralité pour 2050. Cela ne signifie pas que le Québec cessera de produire des GES, mais que ceux qui sont encore émis dans 30 ans seront compensés par des technologies de captation de carbone ou le plantage d’arbres par exemple.

Les jeunes caquistes en avaient fait la demande en septembre. Après avoir pris un pas de recul, M. Legault acquiescera finalement à leur souhait, selon nos informations.

Objectif incertain

Avant de réfléchir à 2050, il faut toutefois atteindre les objectifs de 2030, et ce n’est pas gagné d’avance. Le Québec a raté son coup en 2020 et depuis quelques années, le bilan carbone de la province stagne ou augmente légèrement.

Mais Québec ne baisse pas les bras. Le Plan Charette a identifié 40 % des réductions nécessaires pour atteindre la cible, a appris Le Journal. Il sera revu chaque année avec de nouveaux programmes qui permettront de réduire davantage la pollution. On affirme que le gouvernement fédéral et les municipalités devront également contribuer. 

Plusieurs craignaient que la pandémie saborde les efforts environnementaux du gouvernement du Québec, aux prises avec un déficit monstre. Ce ne sera pas le cas, le budget de 6,2 milliards annoncé au printemps dernier tient toujours, a-t-on appris de source sûre.

Sans surprise, Québec mise massivement sur l’électrification pour réduire les émissions de GES dans le secteur des transports, qui totalise 43 % du bilan carbone québécois. La subvention d’achat de véhicules électriques pour les particuliers, le fameux programme Roulez vert, aura une bonne part du gâteau.

Québec va également miser sur l’électrification de l’économie – la production manufacturière par exemple – et le chauffage des bâtiments pour réduire davantage la pollution au Québec.