/news/coronavirus
Navigation

Primes COVID: des employés au front se sentent oubliés

Xavier Isabelle
Photo Courtoisie Xavier Isabelle, technicien en éducation spécialisée à l'IUSMQ

Coup d'oeil sur cet article

Des employés du réseau de la santé réclament les mêmes primes pour la lutte à la COVID-19 que celles octroyées à leurs collègues avec qui ils partagent le même niveau de risque et parfois les mêmes tâches.

Depuis le 10 mai, le ministère de la Santé octroie une prime hebdomadaire supplémentaire de 200$ aux employés de CHSLD infectés par la COVID.

Dans les centres hospitaliers désignés en zone chaude, la prime est aussi versée, notamment aux infirmières, aux inhalothérapeutes, ainsi qu’aux préposés aux bénéficiaires et à l’entretien.

Mais certaines catégories d’emploi, comme les techniciens en éducation spécialisée, les ergothérapeutes et les physiothérapeutes, par exemple, en sont exclues.

Des travailleurs en colère

«Nous sommes les spécialistes de la gestion des troubles du comportement. Notre présence sur le terrain est essentielle. C’est injuste et ça n’a aucun sens de ne pas avoir la prime», plaide Xavier Isabelle, technicien en éducation spécialisée et représentant syndical de secteur à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ)

Une de ses collègues affirme qu’elle est encore plus près des patients qu’une infirmière.

«On voit à ce qu’ils [les résidents] reprennent leur vie en main pour qu’ils puissent sortir de l’hôpital. Nous sommes constamment sur le terrain en train d’éteindre des feux, de gérer de l’agressivité et des comportements qu’ils ne doivent pas reproduire comme la consommation de drogue. On devient la personne-ressource dans l’équipe à ce moment», précise la dame qui travaille depuis une vingtaine d’années dans le domaine et qui veut demeurer anonyme par crainte de représailles.

Elle explique que l’éducateur travaille habituellement en équipe avec une infirmière et un préposé aux bénéficiaires. «C’est bizarre de se retrouver avec plein de gens qui ont la prime et de ne pas l’avoir. Nos collègues nous disent: "Ça se peut pas, vous allez l’avoir".»

Cette situation qui prévaut à la grandeur de la province toucherait environ 150 personnes dans la Capitale-Nationale, dont plus de 100 à l’IUSMQ, selon le Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale (SPTSSS).

Appel en renfort

Mais au-delà de la reconnaissance de leur travail, les deux éducateurs font aussi remarquer qu’en raison des problèmes de main-d’œuvre qui frappent de plein fouet le secteur de la santé, ils ont régulièrement à remplacer des employés qui, eux, reçoivent la prime.

«Le nombre de travailleurs varie à tous les jours sur mon unité. On peut être deux, on peut être six, ce n’est jamais pareil. Je fais régulièrement la job de préposée aux bénéficiaires. J’ai même déjà aidé le gars du ménage parce qu’il n’y arrivait plus», avance l’éducatrice.

«C’est une injustice. Je ne comprends pas la logique. On est une belle équipe. S’il fallait que je ne fasse que mon travail d’éducatrice, ça n’irait pas bien sur les unités, je vous le garantis», ajoute-t-elle.

Le roulement de personnel a aussi pour conséquence que les employés d’expérience comme Xavier Isabelle doivent faire davantage d’encadrement. «Le remplacement est fréquent et on doit aussi souvent travailler avec des gens qui ne sont pas toujours familiers avec cette clientèle», précise-t-il.

Correctif réclamé

La présidente du SPTSSS estime qu’avec tous les efforts que déploient ses membres, ils sont en droit d’obtenir plus de reconnaissance.

«Ils n’ont pas droit à des vacances. On les appelle en renfort en raison de la pénurie de main-d’œuvre et on leur demande de faire souvent des tâches en dehors de leur champ habituel et on leur rit en pleine face», peste Nicole Cliche.

«On dénonce cette situation depuis le printemps. Quand le ministère dit que des montants forfaitaires ont été offerts à tous les employés, c’est faux», martèle Mme Cliche.

Au moment de publier, Le Journal était en attente d’une réponse du ministère de la Santé et des Services sociaux.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres