/news/transports
Navigation

Tramway de Québec: les groupes écolos se disent «rassurés» par le ministre Bonnardel

Tramway secteur ouest
Illustration courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Même si le projet de tramway est sur la glace à Québec, les groupes environnementaux voient beaucoup plus de positif que de négatif dans le discours du ministre Bonnardel qui propose de bonifier le projet au lieu de l’enterrer.

• À lire aussi: Réseau structurant: Québec demande des modifications au projet de tramway

Mardi matin, le ministre des Transports a confirmé que le gouvernement Legault ne donnerait pas son aval au projet «tel que déposé, s’il n’y a pas amélioration, bonification pour les dessertes pour les banlieues de Québec», en réaction au rapport très critique du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).       

  • Écoutez l'entrevue du DG du Conseil régional de l'environnement avec Benoît Dutrizac sur QUB radio:   

Il s’est cependant empressé d’ajouter qu’il ne «jette pas le bébé avec l’eau du bain» et qu’il n’a pas l’intention de repousser ce projet aux calendes grecques, disant même vouloir rencontrer «très rapidement le maire Labeaume». Les groupes environnementaux ont sauté de joie quand ils ont entendu le ministre confirmer que le tramway est le choix «le plus adéquat» pour la colonne vertébrale du futur réseau de transport collectif.  

«Il confirme le plus gros morceau... à savoir que le tramway est au cœur du projet de réseau structurant. La colonne vertébrale ne change pas. Pour moi, c’est majeur», a réagi Étienne Grandmont d’Accès Transports viables. «On voit ça de façon très positive, contrairement à ce que plusieurs médias rapportent. On dirait qu’on n’a pas entendu la même conférence de presse.» 

Le projet toujours bien en vie

Christian Savard, de l’organisme Vivre en ville, dit également avoir été surpris par la couverture «négative» à la suite du point de presse de François Bonnardel en matinée, préférant se concentrer sur le côté positif de ses déclarations.       

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoît Dutrizac sur QUB radio:   

«Le plus important pour moi, c’est que le ministre Bonnardel dit qu’il continue à appuyer le tramway, ce qui est le contraire de ce que dit le rapport du BAPE. Ça m’aurait surpris qu’il dise qu’il achète le projet tel quel. Même si le BAPE l’avait appuyé, il y aurait eu des recommandations, mais M. Bonnardel aurait fait une déclaration semblable. Je suis très content. M. Bonnardel nous a rassurés», a-t-il réagi en entrevue.  

«On ne parle pas d’un désaveu envers le projet. S’il voulait enterrer le projet, il pouvait le faire, mais il ne l’a pas fait», a-t-il insisté.  

Plaidoyer pour un budget plus élevé

Plusieurs autres groupes environnementaux comme Équiterre, la Fondation David Suzuki, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec, Trajectoire Québec, Environnement JEUnesse et Greenpeace Canada ont également salué en chœur le «soutien du gouvernement du Québec et son désir d’améliorer le projet», dans un communiqué conjoint.  

Ces derniers invitent toutefois le gouvernement Legault à rehausser l’enveloppe budgétaire de 3,3 G$ afin de financer les futures bonifications qui devront être annoncées rapidement, plaident-ils. «Rien ne justifierait de remettre en question les échéanciers prévus pour la réalisation du projet.»