/news/coronavirus
Navigation

Vaccin contre la COVID-19: feu vert à Medicago pour la 2e phase des essais

Le vaccin québécois sera administré à 600 personnes

Phase 1 essai clinique Medicago
Photo courtoisie, Medicago Une volontaire participe à l’essai clinique de phase I de Medicago à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les annonces se succèdent du côté de Medicago, qui, après avoir dévoilé des résultats encourageants en début de semaine, lance la prochaine étape des tests sur les humains, dans l’étude de son candidat-vaccin contre la COVID-19 produit sur plantes.

• À lire aussi: Vaccin contre la COVID-19: une première phase très encourageante chez Medicago

• À lire aussi: Ottawa réserve 56 millions de doses supplémentaires du vaccin de Pfizer

• À lire aussi: Vaccin de Pfizer: une dose d’espoir pour toute la planète

La compagnie biopharmaceutique de Québec a indiqué, jeudi, avoir obtenu l’aval des autorités réglementaires canadiennes pour la tenue des essais cliniques de phases 2 et 3.

Dans les prochains mois, elle testera sur un plus grand nombre de personnes une formule de son candidat-vaccin qui contient l’adjuvant à usage pandémique de GSK. L’objectif étant de confirmer qu’il est sécuritaire et qu’il induit une réponse immunitaire.

L’adjuvant est un composé qui permet de maximiser la réponse immunitaire tout en diminuant la quantité d’antigène requise par dose. Ainsi, on peut produire davantage de doses.

Avantage logistique

Le vaccin expérimental québécois est le plus avancé parmi tous les projets de vaccins contre le coronavirus sur lesquels GSK collabore, a noté la multinationale britannique.

Medicago prévoit qu’il faudra administrer deux doses de son vaccin, comme cela risque d’être le cas pour plusieurs autres vaccins qui sont en développement, notamment celui de Pfizer.

Par rapport au géant américain, le produit de Medicago présente toutefois l’avantage de pouvoir être entreposé à des températures variant entre 2 et 8 °C, « facilitant la gestion de la chaîne du froid », selon l’entreprise.

En raison de la nouvelle technologie à ARN sur laquelle il est basé, le candidat-vaccin de Pfizer nécessite d’être conservé à très basse température, soit -70 °C. Un défi logistique qui a amené Québec à se procurer une soixantaine de congélateurs, apprenait-on cette semaine.

En deux temps

Dans l’essai clinique de phase 2 de Medicago, environ 600 personnes recevront soit le candidat-vaccin, soit un placebo à travers plusieurs sites au Canada et éventuellement aux États-Unis.

La société de Québec souhaite débuter en parallèle, d’ici la fin de l’année 2020, l’essai clinique de phase 3, dernière étape avant la demande d’homologation. Celui-ci sera crucial afin de déterminer le pouvoir protecteur du vaccin dans des conditions réelles.

Si tout se déroule comme prévu, la distribution du vaccin pourrait commencer à la mi-2021, espère Medicago. 

« Les résultats des essais cliniques de la phase 1 sont très encourageants et justifient la poursuite des essais cliniques », a affirmé Nathalie Landry, vice-présidente exécutive aux affaires scientifiques et médicales chez Medicago, dans un communiqué.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres