/finance/business
Navigation

La promesse rompue de trop d’Air Canada

Le Bloc québécois veut que le transporteur soit puni

Jean Poirier
Photo Francis Halin En septembre 2018, l’ex-DG de l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA), Sylvain Lambert, et le promoteur du projet, Jean Poirier, croyaient au centre d’excellence.

Coup d'oeil sur cet article

Air Canada rit au nez des Québécois en reniant sa promesse d’acheter 45 avions A220-300 assemblés par Airbus à Mirabel et en faisant une croix sur son centre d’entretien, plaide le Bloc québécois.

« Air Canada riait des Québécois avant, et ils continuent d’en rire aujourd’hui. Avant de leur donner de l’argent public de plus, il faudrait s’assurer qu’ils respectent leur parole », a déploré Xavier Barsalou-Duval, porte-parole du Bloc québécois en matière de transports.

En 2016, Ottawa a changé la loi pour qu’Air Canada ne soit plus obligée d’entretenir ses avions à Montréal. En échange, Air Canada a promis d’acheter 45 avions C Series et d’établir un centre d’entretien au Québec.

À la même époque, le gouvernement libéral de Philippe Couillard avait laissé tomber les poursuites contre Air Canada après la faillite de son sous-traitant Aveos. La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, avait souligné que ce centre allait créer plus de 1000 emplois au Québec.

Or, rien de cela ne s’est concrétisé, a martelé le Bloc québécois, hier.

« À l’époque, des représentants d’Air Canada sont venus dire en comité sénatorial que si on n’adoptait pas le projet de loi C-10, ils n’implanteraient pas le centre d’excellence et qu’ils n’achèteraient pas les avions québécois. Or, on se retrouve quatre ans plus tard, et c’est exactement ce qu’ils font », a analysé Xavier Barsalou-Duval du BQ.

« Show de boucane »

Pour Jean Poirier, porte-parole des anciens employés d’Aveos, le fédéral, le provincial et Air Canada ont tous fait ensemble « un beau show de boucane » avec cette brochette de promesses. « Ça me pue au nez », soupire-t-il.

D’après lui, le gouvernement Trudeau devrait régler le dossier des ex-travailleurs d’Aveos, qui ont perdu près de 250 000 $ chacun en salaire, avantages et fonds de pension sur quatre ans, avant de voler à son secours.

Hier, la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, qui était aux commandes du dossier à l’époque, n’a pas voulu accorder d’entrevue.

Quand Le Journal a demandé à Air Canada s’il allait respecter l’entente des 45 avions et du centre, le transporteur nous a transmis un communiqué confirmant l’annulation des 12 A220, mais a évité de parler du centre.

« Air Canada n’a pas de commentaire additionnel à partager », s’est cantonnée à dire sa porte-parole Pascale Déry.