/news/transports
Navigation

Les travaux préparatoires continuent malgré tout

Coup d'oeil sur cet article

Même si le gouvernement Legault a annoncé qu’il n’autorisera pas la mouture actuelle du projet de tramway, la Ville de Québec a continué cette semaine d’investir et de sonder le marché dans le cadre du mégaprojet de 3,3 milliards $.

Dans un sommaire décisionnel rendu public jeudi, on apprend que la municipalité remboursera près de 1,9 million $ au Canadien National (CN) pour « les services professionnels et l’acquisition de certains matériaux requis pour la reconstruction de la structure ferroviaire située sur la 1re Avenue, relativement aux travaux sur l’emprise de la voie ferrée avec le Canadien National, dans le cadre du projet du Réseau structurant de transport en commun (RSTC) ». 

On y explique que la réalisation du RSTC « requiert le remplacement de la structure ferroviaire du CN, située sur la 1re Avenue, entre la 26e Rue et la rue Godbout, localisée le long du tracé du futur tramway ». 

Aussi, cette semaine, la Ville de Québec a publié un « avis de marché » pour les « services professionnels pour l’intégration de systèmes d’exploitation et de mobilité – RSTC – Volet tramway ». Il s’agit là d’une étape préliminaire permettant à la municipalité de sonder le marché sur des aspects spécifiques du mégaprojet avant la publication d’un appel d’offres formel.  

Lundi, le BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) a pourtant suggéré au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec le projet de tramway de Québec dans sa forme actuelle. Le gouvernement Legault a dit qu’il suivra cette recommandation. 

Différend politique 

À peine quelques heures après la publication du rapport du BAPE, le maire Labeaume a prévenu que son administration irait tout de même de l’avant avec son projet.  

« On nous dit d’y repenser [au projet]. Non. On n’y repense pas. Ça fait 40 ans qu’on pense. Il y a quatre études de faisabilité depuis 17 ans seulement là-dessus. Nous avons le bon projet. Les gens attendent », a-t-il lancé. Il a également spécifié que 100 millions $ ont déjà été dépensés pour le RSTC. 

De son côté, Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, a exigé l’arrêt immédiat de toutes les dépenses liées au tramway.