/investigations
Navigation

Plus ça change, plus c’est pareil

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de main-d’œuvre était déjà évoquée en 2008 pour expliquer l’embauche d’employés qui ne parlent pas français dans les commerces du centre-ville de Montréal.

• À lire aussi: L’unilinguisme au centre-ville de Montréal est une «agression»

• À lire aussi: Une libérale s’interroge sur le déclin du français...en anglais

• À lire aussi: «Au Québec, ça doit se passer en français», dit Simon Jolin-Barrette

Dans le reportage de notre Bureau d’enquête sur la langue française dans les magasins et restaurants, présenté vendredi et hier, des commerçants expliquaient que le recrutement avait été difficile dans les derniers mois, notamment en raison de la pandémie. Les candidatures bilingues deviendraient ainsi plus rares. 

« Il y a eu un plus grand roulement du personnel », nous a mentionné cette semaine Aubert Prévost, propriétaire du restaurant Five Guys de la rue McGill, pour expliquer pourquoi notre Bureau d’enquête avait été servi uniquement en anglais dans son établissement.

Unilingue anglophone

En 2008, une journaliste du Journal avait tenté de se faire embaucher dans des boutiques et restaurants en prétendant ne parler qu’anglais. La journaliste avait réussi à obtenir 15 emplois même si elle avait expliqué clairement lors du processus d’embauche qu’elle ne parlait pas français.  

Quelques mois plus tard, elle avait essuyé de nombreux refus en se présentant comme unilingue francophone.

Afin d’expliquer l’embauche d’une candidate uniquement anglophone, certains commerçants invoquaient aussi en 2008 la pénurie de main-d’œuvre. 

« Avec le seuil de l’emploi à 6 %, c’est très difficile de trouver des gens », avait justifié la vice-présidente des ressources humaines d’une boutique de vêtement.

Dans cette même enquête de 2008, plusieurs propriétaires expliquaient l’importance de parler anglais par la présence dominante de cette langue dans leur commerce.

« Moi, il me faut une anglophone parce que la clientèle est surtout anglophone, » disait une gérante d’une boutique du centre-ville.