/news/provincial
Navigation

Lévis veut abolir les sifflets de train incessants dans Charny

Coup d'oeil sur cet article

Lévis enclenche officiellement la procédure pour faire arrêter les incessants sifflets de train qui irritent particulièrement les citoyens du secteur de Charny depuis la fin des années 1990.

Une séance d’information citoyenne aura lieu le 3 décembre pour faire le point sur ce dossier. Il y sera question de «la procédure visant l’abolition du sifflet de train aux passages à niveau du chemin de Charny, de la rue de la Traverse et de l’avenue des Églises», a indiqué la municipalité lundi. 

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a rappelé que le bruit dans le secteur est «non-stop», car les trois passages à niveau en question sont situés à seulement 1,2 km les uns des autres. Cela oblige les chauffeurs de train à activer leur sifflet sur un long tronçon. 

Les sifflets de train, qui sont une obligation légale dictée par des raisons de sécurité, pourraient à terme être remplacés par d’autres mesures comme des clôtures ou divers aménagements à l’approche des voies ferrées. Le conseil municipal de Lévis a d’ailleurs réservé une somme de 1 M$ pour ces travaux. 

En 2022

Les travaux pour les mesures de compensation censées remplacer les sifflets de train seront mis en place en 2022, a assuré le maire. Des discussions avec le Canadien National (CN) seront bientôt enclenchées, a-t-il fait valoir. 

Invité à réagir, Jonathan Abecassis, porte-parole du CN, a mentionné lundi après-midi «qu’au CN, la sécurité est une valeur fondamentale. Nous travaillons, en collaboration avec la Ville de Lévis, dans le cadre réglementaire fédéral encadrant ce processus». 

Dans un récent article du Journal de Lévis, des citoyens du secteur ont évoqué entre 180 et 220 sifflets de train quotidiens sur un tronçon de moins de 750 mètres. Le niveau sonore de ces sifflets serait situé entre 120 et 140 décibels. Lundi, la municipalité n’était toutefois pas en mesure de confirmer ces données. 

L’abolition des sifflets de train dans le secteur de Charny est une promesse électorale faite par le parti politique de Gilles Lehouillier depuis la campagne électorale de 2013. Le maire a expliqué qu’un changement de la réglementation fédérale, en 2015, a obligé son administration à «mettre en veilleuse» cet engagement et à prioriser la mise aux normes de 28 passages à niveau.