/news/provincial
Navigation

Labeaume défend le système radio «quasi parfait» du SPVQ

Labeaume défend le système radio «quasi parfait» du SPVQ
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le système radio de la police de Québec « a fonctionné 99,2 % du temps » le soir de la tuerie dans le Vieux-Québec, selon le maire Régis Labeaume, qui minimise les ratés dénoncés par la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec et les partis d’opposition.

Statistiques à l’appui, le maire a relayé, lundi, les chiffres qui lui ont été fournis par le chef du SPVQ, Robert Pigeon. Le soir de l’Halloween, sept problèmes ont été répertoriés sur 842 communications effectuées avec le nouveau système SERAQ (système évolué de radiocommunication pour l’agglomération de Québec).

Quatre retours de son ont été notés, deux policiers ont demandé à leur interlocuteur de répéter ce qu’il avait dit et une intervention a été coupée par le 911, a énuméré le maire. « Presque 100 % du temps, ça a fonctionné. Ça, ce sont des faits. En matière de sécurité publique, on ne peut pas dire n’importe quoi. On a analysé toutes les communications et on a fait le bilan. Le système a été quasi parfait », a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

La situation est tout autre pour le RAO, ce logiciel de répartition assistée par ordinateur dans les auto-patrouilles, qui a « gelé », a reconnu le maire, s’empressant de préciser que cette panne n’avait pas mis en danger les policiers.

« Ils jouent avec les chiffres »

La nouvelle présidente de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec, Martine Fortier, accuse la Ville et la direction du SPVQ de « jouer avec les chiffres » qui ne tiennent pas compte, selon elle, des tentatives de communication ratées par des policiers, qui n’ont jamais réussi à avoir le signal. 

« De toute façon, même si c’est 1 % des communications qui n’ont pas fonctionné, qui est-il [le maire] pour savoir que ces communications-là n’ont pas mis en danger la sécurité des policiers ? Ce sont des problèmes répétés depuis des mois. Qu’est-ce que ça leur prend de plus ? Ça leur prend un mort ? » a lancé Mme Fortier en entrevue. Cette dernière réclame des correctifs urgents et a fait parvenir une mise en demeure à la direction du SPVQ pour obtenir une rencontre au plus vite. 

Plus tôt dans la journée, Mme Fortier avait fait une sortie fracassante, révélant de nouveaux incidents survenus dimanche, à Sainte-Foy, et le 8 novembre à Saint-Augustin. Le SERAQ aurait flanché alors que des policiers, en situation d’urgence, tentaient d’obtenir du renfort.

Interrogé à ce sujet aussi, M. Labeaume a préféré attendre le compte-rendu du chef de police avant de se prononcer. Le maire a également réitéré sa confiance envers le conseiller Patrick Voyer, responsable de la sécurité publique au comité exécutif.