/qubradio
Navigation

Revers des Courageuses: les victimes doivent continuer de se tourner vers les tribunaux civils, croit l'avocate Anne-France Goldwater

Me Anne-France Goldwater
Photo d'archives, Agence QMI Me Anne-France Goldwater

Coup d'oeil sur cet article

La décision de la Cour suprême de ne pas entendre la demande d’action collective des Courageuses contre Gilbert Rozon ne devrait pas décourager les victimes d’agressions sexuelles de se tourner vers les tribunaux civils, juge l’avocate Anne-France Goldwater.

• À lire aussi: Gilbert Rozon l’emporte contre Les Courageuses

«Je veux juste réconforter toutes nos sœurs, les autres femmes au sein de la société, que le recours n’est pas rejeté. Il ne faut pas le regarder comme ça. C’est juste le véhicule procédural qui n’a pas été accepté. Les Courageuses ont toujours le droit de poursuivre», a-t-elle commenté, mardi, à QUB radio.

Même si elle se désole des «trois ans gaspillés» par Les Courageuses à la suite de leur démarche infructueuse, Me Goldwater continue de croire que les tribunaux civils représentent «une des vraies solutions» pour les victimes d’agression sexuelle.

«J’ai toujours pensé que la solution, c’est de passer par des poursuites civiles, parce que, souvent, c’est un plus grand découragement, surtout lorsque l’abus vient des personnes en pouvoir ou qui ont des ressources. [...] En droit civil, votre fardeau pour prouver votre cause n’est que disons 50% plus un», a-t-elle souligné au micro de Sophie Durocher.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue complète de Me Anne-France Goldwater à QUB radio:   

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions