/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyMathieu Turbide

Vers le sud...

Besoin d’inspiration pour accompagner la réconciliation longuement attendue avec les vins américains ? En voici trois pour tous les goûts... et toutes les bourses!

Vers le sud...

Coup d'oeil sur cet article

Depuis l’élection de Donald Trump, en novembre 2016, plusieurs Québécois ont tourné le dos aux produits américains. Chacun a réagi à sa façon aux politiques controversées du président et à la guerre commerciale qu’il livrait au Canada. Des vacanciers ont annulé leurs séjours chez nos voisins, des restaurateurs avaient annoncé qu’ils retiraient indéfiniment les vins américains de leur carte et nombre d’amateurs de vin ont simplement cessé d’acheter tout cru en provenance des États-Unis.

Mais si j’en juge par les multiples photos de bouteilles que j’ai vu circuler sur les réseaux sociaux au courant du week-end, vous avez été très nombreux à célébrer la fin du boycott. Grands cabernets de Napa, zinfandels et pinots noirs de garde, effervescents, les vins américains étaient partout sur mon fil d’actualité samedi soir dernier. 

Le changement de garde à Washington tombe à point, puisque le vignoble américain n’a jamais eu autant de vins excitants à offrir. La superficie du vignoble américain a augmenté de près de 25 % au cours des vingt dernières années ; au même rythme que la qualité. 

Bien sûr, la production de vins à saveur commerciale et sans grand intérêt perdure, mais dans l’ensemble, on observe un heureux virage vers des vins plus digestes, moins épais et confiturés. Sans compter une profusion de vins à tendance nature pour plaire à la nouvelle génération de consommateurs. Besoin d’inspiration pour accompagner cette réconciliation longuement attendue ? En voici cinq, dans toutes les gammes de prix.

Wines of Substance, Cabernet sauvignon 2018, Washington State
21,75 $ - Code SAQ : 12670378 – 14,5 % - 3,6 g/L
Charles Smith a vendu les droits de sa marque éponyme à Constellation Brands en 2016, mais son aventure viticole se poursuit. Il a depuis développé, entre autres, la marque Wines of Substance, sous laquelle il commercialise un très bon cabernet sauvignon vendu à prix d’aubaine. Son 2018 respire est encore tout jeune, intense, avec de la mâche et des tanins fermes, enrobés d’une savoureuse couche fruitée. Aérer une demi-heure et servir avec un steak saignant.
★★★ – $$

Ravines, Dry Riesling 2016, Finger Lakes, État de New York
28,45 $ - Code SAQ : 12289534 – 12,4 % - nd
Ce riesling sec illustre bien le sérieux de Lisa et Morten Hallgren, qui ont fondé Ravines en 1999, sur les rives du lac Seneca, dans la région des Finger Lakes. On peut déjà apprécier ce vin vif, structuré et encore plein de jeunesse, mais il continuera de gagner en nuance au cours des 4-5 prochaines années.
★★★ 1⁄2 – $$$ 

Au Bon Climat, Pinot Noir 2015, Knox Alexander, Santa Maria Valley, Californie
85,25 $ - Code SAQ : 14558865 – 13,5 % - nd
Enfin, pour terminer en grand, un pinot noir somptueux signé Jim Clendenen. Hormis le poids ridicule de la bouteille – comme le soulignait Patrick Désy dans une chronique récente sur notre blogue des Méchants Raisins – j’ai tout aimé de cette cuvée issue de vignobles plantés en 1978 et en 1998. Des saveurs profondes qui évoquent la terre humide, la cerise noire et la fumée ; le tout porté par un grain tannique velouté, sans être crémeux. Déjà savoureux et apte à se bonifier jusqu’en 2025.
★★★★ – $$$$$