/sports/hockey
Navigation

Le phénomène Shane Wright

Le jeune de 16 ans tentera de faire sa place avec Équipe Canada junior

Journaliste
Photo courtoisie, Rob Wallator / Hockey Canada Images Shane Wright n’a pas l’intention de s’en laisser imposer au camp d’Équipe Canada junior.

Coup d'oeil sur cet article

Il est peut-être le seul joueur à porter la visière complète démontrant qu’il est le plus jeune des 47 hockeyeurs présents au camp d’Équipe Canada junior, mais Shane Wright n’a pas de complexes. L’attaquant des Frontenacs de Kingston croit en ses chances de devenir le septième joueur de 16 ans de l’histoire à se tailler une place avec la sélection nationale.

• À lire aussi: Hendrix Lapierre n’a jamais douté

• À lire aussi: Équipe Canada junior: un rêve à la portée du Québécois Mavrik Bourque

• À lire aussi: Équipe Canada junior: «Je m'en vais là en mission!» – Jakob Pelletier

Un peu à l’image des autres surdoués qui sont passés avant lui, Wright possède déjà une maturité peu typique des jeunes de son âge. On peut le comprendre puisqu’il évolue sous les feux de la rampe puisqu’on le considère depuis plusieurs années comme le meilleur espoir de la cuvée 2022 de la LNH.

Après avoir obtenu le statut de joueur exceptionnel par Hockey Canada, lui permettant de faire ses débuts dans l’OHL à l’âge de 15 ans, Wright y a démontré toute l’étendue de son talent en inscrivant 39 buts et 66 points en 58 matchs.

Tout ça, sous les yeux de l’entraîneur André Tourigny qui, avec les 67’s d’Ottawa, l’a affronté à huit reprises la saison dernière.

« Je l’avais vu jouer dans les rangs midgets et beaucoup l’an dernier. On l’avait affronté lors du camp d’entraînement et je m’étais dit qu’il deviendrait un excellent joueur. Par la suite, on a joué contre lui en saison et il était encore meilleur que je ne le pensais. Même chose quand on l’a affronté avant Noël. Par contre, après Noël, il était le meilleur joueur sur la patinoire. À chaque fois que je l’ai vu jouer, il était meilleur. J’ai très hâte de le voir au camp pour voir sa progression et voir ce qu’il peut faire ici. »

En confiance

Wright estime mériter de faire partie des 47 joueurs invités au camp de sélection d’ÉCJ à Red Deer. Même qu’il s’attendait à recevoir le coup de téléphone.

« C’était un objectif pour moi, a-t-il mentionné. Je pense avoir connu une bonne saison l’an dernier et j’avais hâte de reprendre sur ma lancée cette année mais le début de saison a été reporté. J’avais toutefois le sentiment d’avoir assez bien fait pour mériter une invitation. »

S’il parvenait à faire sa place avec l’équipe nationale, Wright rejoindrait Wayne Gretzky, Jason Spezza, Jay Bouwmeester, Eric Lindros, Sidney Crosby et Connor McDavid comme septième joueur de 16 ans à réussir pareil exploit.

« Ça m’a traversé l’esprit. C’est un tournoi que je regarde chaque année avec ma famille et la finale tombe toujours le 5 janvier, soit le jour de ma fête. D’avoir l’honneur de faire cette équipe et d’être dans la même catégorie que ces joueurs serait très spécial.

« Ceci dit, je ne me sens pas intimidé parce que j’ai l’habitude d’être le plus jeune joueur de mon équipe. 

« Je suis ici pour une raison et je sais que si j’ai reçu l’invitation, c’est parce que je suis assez bon pour me tailler une place avec l’équipe. »

Avec Byram

Afin de faciliter sa transition, Hockey Canada a décidé de placer le jeune Wright dans la même chambre d’hôtel que le vétéran défenseur Bowen Byram. Ce dernier semble d’ailleurs déjà l’avoir pris sous son aile et, mercredi, il lui a demandé de mener la séance d’étirement suivant l’entraînement.

« Ça ne peut qu’être positif pour Shane, de mentionner Tourigny. Bo est un joueur qui joue avec tempo et il a beaucoup de charisme en dehors de la patinoire. Ce sera bien pour Shane de le côtoyer parce que c’est un jeune tellement sérieux et il veut tellement bien faire. Il est très concentré sur chaque petit détail parce qu’il veut nous faire plaisir. Ça l’aidera peut-être à se détendre un peu. »

Les joueurs de 16 ans avec ÉCJ  

  • Wayne Gretzky (1978)  
  • Eric Lindros (1990)  
  • Jay Bouwmeester (2000)  
  • Jason Spezza (2000)  
  • Sidney Crosby (2004)  
  • Connor McDavid (2014)   

Des habiletés toujours présentes  

Ce n’était que le deuxième jour de camp d’entraînement mercredi mais, déjà, Kirby Dach et Samuel Poulin ont démontré que la pandémie n’avait pas eu raison de leurs habiletés individuelles.

Lors d’un deux contre un, Dach s’est passé la rondelle entre les jambes avant d’utiliser son patin pour faire une passe de l’autre côté à son coéquipier qui a complété la manœuvre avec succès. La séquence, publiée par Hockey Canada, a fait sensation sur les médias sociaux.

Puis le Québécois Samuel Poulin a lui aussi fait jaser pour une impressionnante pièce de jeu individuelle à l’entraînement. L’attaquant du Phoenix de Sherbrooke a inscrit un but avec une belle feinte après avoir gagné une bataille âprement disputée avec son compatriote Mavrik Bourque.

« On n’était pas inquiets pour le côté talent des joueurs, a mentionné l’entraîneur André Tourigny. Ces gars-là travaillent sur leurs habiletés depuis sept mois et ça donne des jeux spectaculaires comme ça. Ce qui sera le plus important à aller chercher, ce ne sera pas le niveau d’aptitudes mais surtout la façon de jouer sans la rondelle. Ça va être de bien gérer la rondelle, de prendre de bonnes décisions et de ne pas prendre trop de risque. Je ne suis pas inquiet pour l’énergie des joueurs ni pour leurs habiletés. Le travail sera plus au niveau de l’exécution et de jouer de la bonne façon. »

Identité

D’ailleurs, Tourigny a déjà commencé à inculquer le système qu’il voudra préconiser lors du Mondial junior. 

« On veut être responsable défensivement mais notre but est de l’être pour pouvoir récupérer la rondelle et ensuite jouer avec. On veut être une équipe de possession de rondelle. Pour ce faire, il faut être intelligent avec le disque mais aussi défensivement tout en étant agressif en récupération de rondelle. On ne sera pas une équipe axée sur la défensive, on veut être l’inverse. Par contre, pour la possession de la rondelle, il faut être bon sans elle. »

Des 14 absents lors du premier jour de camp d’entraînement mardi, 11 étaient de retour mercredi après avoir obtenu le résultat négatif de leur test de dépistage à la COVID-19. Quinton Byfield, Ridly Greig et Xavier Simoneau étaient toujours absents. Dans le cas de Byfield et Simoneau, ils sont toujours en attente de leur résultat. Byfield est à Red Deer.

Dans le cas de Greig, il a obtenu un résultat positif à la COVID-19 le 8 novembre dernier, selon TSN. Asymptomatique, il rejoindra ses coéquipiers au terme de sa quarantaine, le 22 novembre.