/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: le tiers des écoles touchées au Québec

Le nombre de groupes fermés n’a cessé de grimper en une semaine, passant de 1174 à 1332

Palmarès des écoles
Photo d’archives, Stevens Leblanc Dans le réseau scolaire québécois, 60 % des cas de COVID-19 se retrouvent dans les écoles secondaires.

Coup d'oeil sur cet article

La propagation de la COVID-19 atteint de nouveaux sommets dans le réseau scolaire. Le virus est maintenant présent dans une école sur trois, et le nombre de groupes fermés ne cesse de grimper.

• À lire aussi: Congé scolaire allongé: les élèves en zone jaune et orange injustement pénalisés

• À lire aussi: Des sacrifices maintenant pour un beau Noël plus tard

• À lire aussi: COVID-19: «Un coup de barre» est nécessaire au Saguenay

Ces chiffres contrastent avec le portrait plus positif dressé hier par le premier ministre François Legault, qui pense que le Québec est en train de gagner la bataille contre la deuxième vague de COVID-19.

M. Legault a déclaré que la situation était en voie de se stabiliser, y compris dans les écoles. «On parle d’une trentaine de classes qui se sont ajoutées aujourd’hui, ça aussi, ça se stabilise», a-t-il affirmé.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Or, le virus est maintenant présent dans 1018 écoles de la province sur un total de 2994 établissements scolaires, selon le bilan quotidien du 16 novembre, ce qui représente une proportion de 34 %.

Au cours de la dernière semaine, au Québec, le nombre de groupes fermés n’a cessé de grimper, étant passé de 1174 à 1332.

La proportion d’éclosions actives qui proviennent du réseau scolaire a aussi augmenté de 27 % à 29 % en une semaine.

Ces chiffres n’étonnent toutefois pas Chantal Sauvageau, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique. «C’est souvent le reflet de la transmission communautaire», affirme-t-elle.

Équilibre difficile à maintenir

La situation préoccupe les directions d’école, qui doivent jongler avec un équilibre difficile à maintenir.

«C’est un nouveau sommet et ça reste inquiétant, c’est sûr. Mais on est aussi très inquiet de l’absence de nos élèves, affirme Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE). Il faut trouver un compromis pour essayer de manquer le moins d’école possible et contrôler la pandémie.»

Jusqu’à maintenant, le virus s’est surtout infiltré dans les écoles secondaires, souligne M. Prévost.

Selon des chiffres du ministère de l’Éducation transmis à la FQDE, environ 60 % des cas actifs se retrouvent dans ces établissements, comparé à 20 % dans les écoles primaires et 20 % dans les centres de formation professionnelle et d’éducation aux adultes.

La situation varie aussi beaucoup d’une région à l’autre, ajoute M. Prévost, qui plaide pour des solutions «à géométrie variable» pour les vacances de Noël afin de permettre à un maximum d’élèves d’être en classe le plus longtemps possible.

Québec envisage de prolonger les vacances scolaires au mois de janvier pour créer une période de quarantaine après les Fêtes, a précisé François Legault, hier.

Pendant ce temps en Ontario

De son côté, l’Ontario recense des cas actifs de COVID-19 dans 14 % de ses écoles, soit une proportion beaucoup moins élevée qu’au Québec.

Le Dr Sauvageau fait toutefois remarquer que la transmission communautaire y est aussi moins élevée, même si la propagation du virus s’est accélérée récemment.

La pandémie dansles écoles  

Au Québec  

  • Écoles avec des cas de COVID-19 actifs : 34 %, soit 1018 écoles  
  • Nombre de classes fermées : 1332  
  • Proportion d’éclosions provenant du réseau scolaire : 29 %  
  • Nombre d’écoles fermées ou partiellement fermées : 9   

En Ontario  

  • Écoles avec des cas de COVID-19 actifs : 14 %, soit 670 écoles