/entertainment
Navigation

Consternation et déception dans le milieu culturel

Coup d'oeil sur cet article

Les propriétaires de cinémas et de salles de spectacles digèrent très mal la décision du gouvernement Legault de maintenir leurs établissements situés en zones rouges fermés jusqu’au 11 janvier.

« Ça n’a aucun sens », s’est insurgé jeudi soir le président des Cinémas Guzzo, Vincent Guzzo, qui espérait pouvoir rouvrir ses complexes cinématographiques à temps pour les vacances scolaires de Noël. 

« Encore une fois, ça démontre qu’ils [la Santé publique et le gouvernement Legault] sont perdus et qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. Leur gestion est pire que pendant la première vague. On est peut-être à des semaines d’avoir un vaccin contre la COVID-19, et ils utilisent encore l’élément de la peur pour justifier leurs décisions auprès de la population. Ç’a été prouvé que les salles de cinéma sont sécuritaires, mais elles doivent rester fermées. C’est totalement illogique. »

Même si la nouvelle n’a surpris personne, la déception est grande aussi du côté des salles de spectacles.

« Je pense qu’on le voyait venir », a admis Julie-Anne Richard, directrice générale de RIDEAU, un regroupement de diffuseurs professionnels de spectacles. 

« C’est juste décourageant par contre parce que les diffuseurs venaient juste de finir de déposer leur plan de diffusion au Conseil des arts et des lettres du Québec. C’est donc tout un travail qu’ils ont fait pour rien. »

  • Écoutez la chronique culturelle d’Anaïs Guertain-Lacroix à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

Dur coup pour les théâtres

La directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal, n’est pas du tout surprise de cette décision gouvernementale.

« On s’y attendait avec le nombre de cas qui augmente, les fermetures et les décisions touchant le milieu de l’éducation », indique-t-elle. 

« Nous ne sommes pas complètement aveugles non plus. Le système est en train d’exploser. Je n’ai pas de mots pour dire à quel point notre état de deuil est douloureux. C’est dur pour l’équipe et c’est dur pour tout le milieu du théâtre. On n’a pas le choix, on va se serrer les coudes », a-t-elle lancé, lors d’un entretien téléphonique.

Au Théâtre du Trident, à Québec, la coordonnatrice aux communications et aux relations de presse, Sophie Vaillancourt-Léonard, précise que plusieurs choses sont prévues pour janvier et les mois suivants, et qu’elles sont toutes possibles, peu importe la situation.

« Nous souhaitons vivement retrouver notre public en janvier, mais nous nous adapterons au fur et à mesure et d’ici là, nous sommes solidaires », a-t-elle indiqué, lors d’un échange de courriels.