/news/coronavirus
Navigation

Des commerçants résignés et très peu surpris

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le propriétaire du Gym le Chalet, Gabriel Hardy

Coup d'oeil sur cet article

Résignés pour la plupart, les propriétaires de gyms et restaurants ne se faisaient aucune illusion de pouvoir ouvrir pendant la période des Fêtes. Pour certains, le doute existe déjà concernant la nouvelle date du 11 janvier 2021 avancée jeudi par le gouvernement Legault.

• À lire aussi: Les rassemblements permis du 24 au 27 décembre, le jour de l'An sacrifié

• À lire aussi: Jusqu’à 60 000 cas au pays fin décembre, si les contacts humains augmentent

Le premier ministre a effectivement mentionné qu’il voudrait bien rouvrir les restaurants et les gyms le 11 janvier, mais qu’il aimerait pour ce faire que le nombre de cas positifs de COVID-19 soit à la baisse.

« Il ne faut pas vivre sur la même planète pour croire qu’on va ouvrir le 11 janvier. On serait très heureux de rouvrir mais je ne m’attends pas à ça. Je ne prévois pas avant la mi-février minimum », affirme Gabriel Hardy, propriétaire du Gym le Chalet, à Québec.

Une relance adéquate

Le sportif est également porte-parole provincial du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique (CCICP), qui représente plus du tiers des 667 établissements disposant d’un permis de studio de santé au Québec. 

Gabriel Hardy espère convaincre le gouvernement que les gyms peuvent être sécuritaires. « Le message ne passe pas pour l’instant dans l’opinion publique et avec les décideurs. On le sait que c’est faux et nos mesures sanitaires sont exceptionnelles. On demande au gouvernement de se positionner pour nous relancer comme il faut », ajoute-t-il.

Patience et doute

Partout, plusieurs athlètes font preuve de patience depuis des semaines. « On lance nos entraînements virtuels ce samedi alors on recrute nos membres. Je trouve ça plate, mais on se garde occupé et on s’adapte à la situation avec tous les outils à notre disposition », lance l’ex-cycliste Geneviève Jeanson, qui dirige les activités de la franchise Orangetheory Fitness de son conjoint, à Vaudreuil. 

Des restaurateurs aussi trouvent le temps très long à l’approche de Noël. « On s’en doutait que c’était impossible d’ouvrir pour les Fêtes mais à la place du premier ministre, je n’aurais pas donné de date. C’est sûr que les cas vont exploser au retour en janvier. Les gens vont se rassembler et vont défier les règles », croit Ivan Waddell, directeur général associé du Archibald Sainte-Foy.