/news/currentevents
Navigation

Le procès de la loi sur la laïcité suspendu

L’annonce d’un cas de COVID-19 a causé la surprise

GEN-Procès sur la loi de la laïcité au Palais de Justice
Photo d'archives C’est au 17e étage du palais de justice de Montréal qu’ont lieu les audiences du procès sur la loi sur la laïcité de l’État, ici le jeudi 12 novembre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Le procès sur la loi sur la laïcité de l’État a été suspendu temporairement, jeudi avant-midi, après que l’enfant d’un avocat impliqué dans le dossier, qui est même venue dans la salle de cour, a été déclarée positive à la COVID-19.

• À lire aussi: La laïcité créerait une égalité dans la société

• À lire aussi: Long chemin vers la laïcité de l’État

• À lire aussi: Le droit du Québec de choisir

« Je suggère qu’on suspende ce matin et qu’on voie avec les autorités du palais de justice dans quelle mesure elles peuvent désinfecter la salle [...] et on verra comment on traite ça. Prenez soin de vous tout le monde », a laissé tomber le juge Marc-André Blanchard.

La nouvelle a semé la surprise pour les gens présents dans la salle du 17e étage du palais de justice de Montréal, où se déroulent les audiences sur la loi sur la laïcité de l’État, contestée par plusieurs regroupements.

À la pause, un des avocats contestataires de la loi a appris que sa fille venait de recevoir un résultat positif au coronavirus. Il a dû quitter les lieux abruptement pour aller se faire tester et s’isoler.  

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Or, cette dernière, qui serait asymptomatique, était présente lundi dans la salle afin d’assister aux audiences. Elle se serait fait tester le lendemain.

Un problème de ventilation survenu mercredi en fin d’après-midi avait d’ailleurs forcé le magistrat à suspendre l’audience de manière préventive.

Devant tous ces facteurs, le juge Blanchard a préféré de nouveau suspendre pour éviter de prendre d’autres risques.

Pas de bris de règle

L’avocat en question ne semble pas avoir brisé de règle de santé publique en ne s’isolant pas alors que sa fille était en attente d’un résultat.  

Selon le site internet gouvernemental dédié au coronavirus, on demande aux gens de s’isoler lorsqu’une personne :  

  • obtient un résultat de test positif  
  • présente des symptômes   
  • est en attente d’un résultat  
  • a été en contact avec un cas confirmé  
  • est de retour de voyage    

En fin de journée jeudi, la salle d’audience était en train d’être désinfectée. 

« ​Les mesures sanitaires, soit le port du masque et la distanciation physique, ont été respectées. [...] Le ministère de la Justice suivra les recommandations qui seront émises par les autorités régionales de santé publique », a-t-on indiqué au Journal.

Le juge a intimé aux avocats et intervenants qui étaient dans la salle de s’isoler de manière préventive. Certains avocats ont indiqué qu’ils songeaient à se faire tester.


Le procès doit reprendre vendredi, mais en mode virtuel.