/news/coronavirus
Navigation

82 cas chez les Sœurs de la Charité de Québec

39 religieuses et 43 travailleurs ont été déclarés positifs

Coup d'oeil sur cet article

La congrégation des Sœurs de la Charité de Québec est le théâtre d’une importante éclosion de COVID-19, alors que près de la moitié des employés ont été confirmés positifs, en plus de 39 religieuses sur les 300 qui y vivent. 

L’éclosion a commencé le 18 novembre dernier, indique Annie Ouellet, porte-parole au CIUSSS de la Capitale-Nationale. 

Quelque 43 travailleurs et 39 sœurs ont été à ce jour déclarés positifs au virus, soit un total de 82 en très peu de temps.

« Dès le début de l’éclosion, on a apporté notre soutien avec une équipe mission déployée sur place », précise la porte-parole.

Cette équipe est notamment composée de préposés, d’infirmières, d’infirmières auxiliaires et de soutien pharmaceutique et médical.

À Beauport

Le directeur général de la congrégation, Jean M. Gagné, n’a pas souhaité commenter la situation en entrevue, mais il a indiqué que des mesures sanitaires étaient en place. Aucun décès n’a été rapporté jusqu’à présent.

La Corporation de services Mallet, l’organisme qui administre les services à la Maison généralice des Sœurs de la Charité de Québec, a confirmé l’éclosion dans leur infirmerie située à Beauport. 

Par communiqué, l’équipe de direction assure que tout est en œuvre pour éviter que le virus ne se propage davantage dans l’immeuble.

« Toutes les mesures de prévention et de contrôle des infections sont actuellement appliquées et suivies dans le but d’assurer la sécurité des religieuses et des employés. Nous remercions l’ensemble des personnes présentes parmi nous pour leur dévouement et leurs efforts, notamment nos employés qui restent fidèles au poste », a mentionné Jean M. Gagné, administrateur principal.

Situation difficile

Sur les lieux, les prochains jours seront éprouvants pour la congrégation, les employés et les familles des religieuses.

« Nous comptons aussi sur les prières de toutes les congrégations avec qui nous sommes en lien », a déclaré sœur Monique Gervais, supérieure générale.

Ailleurs, depuis le début de la pandémie, plusieurs communautés religieuses de Québec ont perdu des membres emportés par le virus.

– Avec la collaboration de Jean-François Racine