/news/green
Navigation

Une tour de 54 étages en pleine forêt?

Une tour de 54 étages en pleine forêt?
Photo Courtoisie, MU Architecture

Coup d'oeil sur cet article

Un projet inusité d’hôtel et de tour d’habitation de 54 étages en pleine forêt à Namur, en Outaouais, suscite bien des questions au sein de la population de cette petite municipalité d’environ 600 habitants.

• À lire aussi: Régime forestier: le péquiste Sylvain Roy souhaite la fin de la culture du 2x4

«Tout le monde ne parle que de ça», a indiqué d’entrée de jeu, lors d’un entretien téléphonique, Marie-Josée Desormeaux, employée au restaurant Au Moulin du Temps.

«Ça pique la curiosité, car aucun bâtiment de plus de quatre étages n’est autorisé au village», s’interroge de son côté sa voisine d’en face, Isabelle Piché, propriétaire du KoKo Café.

Si Mme Desormeaux estime qu’environ 20% de ses clients sont contre l’idée, le maire de Namur, Gilbert Dardel, évalue plutôt cette proportion égale entre partisans et opposants.

«Quand un projet de cette envergure est proposé à une petite municipalité comme la nôtre, il est normal que nous nous assoyions et que nous écoutions avant de prendre une décision», de dire le premier magistrat, également joint par l’Agence QMI.

«L’acceptabilité sociale se veut la première étape. Ensuite, au besoin, nous évaluerons l’impact du projet de points de vue de développement régional et environnemental», a pour sa part mentionné Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau et administrateur au Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais.

Grand luxe

Le projet, nommé Pekuliari, abriterait à la fois un complexe hôtelier d’une vingtaine de chambres et 58 condos de grand luxe. La majorité des unités s’étendraient sur des étages complets et offriraient jusqu’à cinq suites, deux salons et foyers, des celliers personnalisés, ainsi que d’immenses balcons couvrant plus de la moitié de la superficie de 8000 pieds carrés.

Un hangar pour hélicoptères, des salles de divertissement, une épicerie et une salle de tir intérieure figurent aussi aux plans actuels. Des espaces de bureaux et des salles de conférence compléteraient les paliers supérieurs, tandis qu’une piscine et un bar avec vue panoramique seraient installés respectivement aux 20e et 37e étages.

La firme montréalaise Yul Créations souhaite ériger ce gratte-ciel au coût de 300 M$ sur une partie des 320 acres de terrains appartenant à son fondateur, Karim Zaghbani Cloutier.

«Avec ce projet unique au monde, je veux minimiser l’empreinte environnementale au sol en redéfinissant la façon d’occuper le territoire», précise M. Zaghbani Cloutier, qui préfère bâtir à la verticale, plutôt que d’éparpiller 150 chalets aux quatre coins de ses lots qui seraient plutôt transformés en réserve naturelle privée.

Si tout se déroule comme prévu, la construction débuterait dès la fin de l’année 2021 pour une ouverture au plus tard début 2024. Pour les intéressés, le coût potentiel des condos, selon certaines sources, se chiffrerait entre 8 et 12 M$.