/news/coronavirus
Navigation

Du personnel soignant en détresse menace de démissionner en bloc

Coup d'oeil sur cet article

La situation de la pandémie est extrêmement préoccupante au Saguenay–Lac-Saint-Jean, au point où un appel de détresse a été effectué par du personnel soignant, épuisé par la situation actuelle.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: La COVID-19 a fait basculer leur vie

• À lire aussi: COVID-19: la hausse des cas se poursuit au Saguenay

En entrevue à Salut Bonjour Week-end, Julie Bouchard, présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay–Lac-Saint-Jean, a expliqué avoir dû répondre à cette situation très préoccupante vendredi soir. 

«Le moral est toujours à zéro. Hier, en soirée, j’ai reçu un appel de détresse d’un département d’Alma, où les professionnels en soins menacent de démissionner en bloc si la situation ne s’améliore pas et si on ne vient pas leur prêter main-forte pour la suite des choses», a expliqué la présidente du syndicat.

Mme Bouchard a tôt fait d’interpeller la direction à ce sujet, et des changements pourraient être faits, tels que l’aménagement des horaires de travail. 

«Maintenant, elles sont sur les 12 heures obligatoires, suite à l’arrêté ministériel. Ce n’est pas un département zone chaude, donc ce n’est pas un département qui est pris avec la COVID, c’est un département qui était problématique avant même la pandémie, et ce, depuis plusieurs mois, plusieurs années. C’est un cri de détresse qu’elles lancent. Elles ont besoin d’aide, elles ont besoin d’être entendues. C’est de même pour l’ensemble des professionnelles en soins de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean», assure Mme Bouchard. 

Reconnaissance, amélioration des conditions de travail sont au cœur des revendications des travailleuses et travailleurs de la région où l’on enregistre pas moins de 115 foyers actifs de la COVID-19. 

«La pandémie a fait déborder le vase», constate la présidente.

Elle reconnaît toutefois que l’Omerta qui prévalait dans le réseau de la santé «est chose du passé». 

«Maintenant tout sort, on est capable de dénoncer les vraies choses. Il y a une certaine écoute et une certaine sensibilité à vouloir améliorer les choses avec l’appui de la population.»

Toutefois, les travailleurs du réseau de la santé craignent l’après-pandémie.

«Cela nous inquiète énormément puisque les listes d’attente continuent d’augmenter et la pression risque d’être encore plus forte», conclut Julie Bouchard. 

Le bilan continue d’être très lourd au Saguenay–Lac-Saint-Jean où 213 nouvelles infections ont été ajoutées au bilan de la région vendredi. 

La COVID-19 a fait 87 morts dans cette région depuis le début de la crise en mars dernier.