/opinion/columnists
Navigation

Marvin Rotrand, trop blanc pour Cathy Wong

Coup d'oeil sur cet article

Cathy Wong n’a pas peur des paradoxes.

La responsable de la lutte contre le racisme à la Ville de Montréal demande à Marvin Rotrand de quitter son poste de conseiller municipal, qu’il occupe depuis 38 ans, pour faire de la place à la diversité. Rotrand serait trop blanc. 

Cathy Wong prétend donc lutter contre le racisme en en appelant à la discrimination contre un homme sur la base de la couleur de sa peau. C’est drôle, non ? Il doit bien y avoir un mot pour parler de ça ? Appelons-le le mot qui commence par R.

Racisme

Mais la situation ne s’arrête pas là. 

C’est que Marvin Rotrand est lui-même issu d’une minorité. Il est Juif. Mais cela ne compte plus. C’est ce qui arrive quand on vit dans un monde obsédé par la couleur de la peau, qui efface tout le reste.

Cathy Wong s’est ensuite rétractée, en reclassant Marvin Rotrand parmi les minorités. Elle lui a plutôt demandé de se retirer parce qu’il est vieux.

Concrètement, une femme revendiquant sans cesse ses origines chinoises explique qu’un Juif doit dégager pour faire de la place à un Noir. Tout cela au nom de la diversité. Faut-il parler d’une guerre entre les minorités ? 

Les cyniques diront que Rotrand se fait servir sa propre médecine car il est lui-même un partisan du multiculturalisme au nom duquel on veut aujourd’hui le chasser de la politique. La révolution dévore ses enfants. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Diversité ?

Est-ce vraiment le monde dans lequel nous voulons vivre ?

Doit-on vraiment choisir les gens à cause de leur couleur de peau ? Si je devais choisir entre Maka Kotto et Justin Trudeau, je voterais sans hésiter pour le premier car je me sens plus proche de sa vision du monde que de celle du second. 

Et que je me fiche de la couleur de leur peau.