/misc
Navigation

Accrochez-vous!

Coup d'oeil sur cet article

Novembre : le mois maudit. Plus de feuilles aux arbres, temps gris et noirceur qui tombe dès la fin de l’après-midi.

Si on est le moindrement fragile, novembre nous achève. 

Que dire en temps de pandémie ? 

La crise sanitaire nous a donné un bref moment de répit cet été. La vie avait repris, presque normalement... 

Et puis on remet ça ! Fermés les restos, bars, théâtres, cinémas et gyms. Métro, boulot, dodo. Si tu as encore une job, ça s’endure, quoique...

Mais si tu regardes couler ton bateau, c’est insupportable. 

Plus de job. Parce que ton employeur a dû fermer. Plus de job parce que c’est toi l’employeur et que ton entreprise s’effondre. 

Et tout s’effrite, ta famille, ton couple, ta carrière, ton compte en banque. 

Tu es étudiant et tu perds tous tes repères, tu t’isoles ? Tu es une mère monoparentale et tu n’y arrives plus ? Tu es en plein divorce ? Tu ne vois plus de porte de sortie. Le mot COVID te donne la nausée. Tu ne trouves plus de forces et il t’en faudrait des caisses. Tu vois les Fêtes arriver et ça t’enfonce encore davantage... 

Accroche-toi !

C’est une année de merde, une charogne, je te l’accorde, la pire de ta vie peut-être, mais elle va passer. 

Elle va passer comme tout le reste. Même si tu as l’impression que cette pandémie dure depuis 10 ans et qu’elle ne finira jamais. 

Accroche-toi. Tu as des idées noires, des envies d’en finir ? Qu’importe ton âge ou ton statut social, que tu aies encore ta job ou pas, si la déprime te consume : accroche-toi. 

Prends le tout petit peu de force qu’il te reste pour appeler à l’aide.


L’Association canadienne de la santé mentale (ACSM) a une ligne d’assistance téléphonique de 24 heures : 1 833 456-4566.
Appelle Suicide Action : 1 866 277-3553.
Appelle Tel-Jeunes : 1 800 263-2266. Il y a quelqu’un pour entendre ta détresse.