/lifestyle/columnists
Navigation

Croire ou ne pas croire

Coup d'oeil sur cet article

J’ai passé ma vie jusqu’à aujourd’hui à croire que Dieu existait puisqu’on me l’avait rentré dans la tête à coup de petit catéchisme pendant toute mon enfance. J’ai observé les commandements et fait mon possible pour ne nuire à personne. Ma vie de femme mariée fut plus ou moins satisfaisante, mais je l’ai endurée jusqu’au bout, en tout cas jusqu’à ce que le père de mon garçon nous quitte pour un monde meilleur.

Je me pensais alors engagée sur une route plane où rien ne viendrait plus ébranler l’eau calme dans laquelle je baignais, accompagnée par mon fils qui me servait de bâton de vieillesse. Mais Dieu a décidé de venir le chercher avant moi. Je me retrouve donc à 93 ans, seule dans mon petit logement, à me demander pourquoi mon Dieu m’a tout enlevé. Je suis toute mêlée dans tout ça et je me demande pourquoi je continue à croire.

Une vieille personne bien mêlée

Comme je suis agnostique, je suis embêtée pour vous répondre, si ce n’est en vous servant ce que j’ai souvent entendu à ce propos : « Il est grand, le mystère de la foi ». D’ailleurs un lecteur me relayait récemment un constat fait dans l’exercice de sa profession : « Quoi dire à une personne qui affirme ne pas croire mais qui du même souffle ajoute qu’elle prie régulièrement ? Ou à une autre qui avoue demander pardon tous les soirs pour les mauvais gestes posés dans la journée ? »