/sports/hockey
Navigation

Des points contre des victoires

Jonathan Huberdeau souhaite faire des Panthers une équipe gagnante

HKN-SPO-TORONTO-MAPLE-LEAFS-V-FLORIDA-PANTHERS
Photo AFP À ses huit premières saisons avec les Panthers, Jonathan Huberdeau a participé seulement deux fois aux séries de fin de saison.

Coup d'oeil sur cet article

Jonathan Huberdeau a un objectif assez simple. À 27 ans, le Québécois désire jouer pour une équipe gagnante. Et c’est dans l’uniforme des Panthers de la Floride qu’il aimerait y parvenir. 

« Quand tu joues juste dix matchs en séries en huit ans, ce n’est pas fort. L’équipe veut aussi gagner. Nous avons un bon coach, un bon gardien et de bons joueurs. Il n’y a plus d’excuses. »

Huberdeau est manifestement agacé par cette statistique. Ça se ressentait dans sa voix au bout du fil lors d’une généreuse entrevue téléphonique au Journal de Montréal. 

À ses huit premières saisons en Floride, l’ailier gauche a participé seulement deux fois aux séries. Une première fois en 2016 avec Gerard Gallant derrière le banc. Les Panthers avaient alors subi l’élimination au premier tour contre les Islanders de New York. 

Quatre ans plus tard, les Panthers ont vécu une autre expérience en séries. Mais c’était de peur avec une invitation au tour des qualifications. Encore une fois, les Islanders ont freiné leur chemin en l’emportant en quatre dans une confrontation trois de cinq. 

Une déception

Avant le début de la saison 2019-2020, il y avait pour de rares fois des attentes plus élevées avec les Panthers. Dale Tallon venait de dénicher un entraîneur vainqueur de trois conquêtes de la coupe Stanley avec les Blackhawks en Joel Quenneville et le DG avait déroulé le tapis rouge pour attirer le gardien Sergeï Bobrovsky à Sunrise. 

« Oui, c’était une déception notre dernière saison, a répliqué Huberdeau. Nous n’avons pas obtenu les résultats espérés. Quand tu ne participes pas aux séries, tu ne peux pas être heureux. Nous avons joué le tour de qualifications, mais nous avons perdu contre les Islanders. Donc, pour moi, c’est comme s’il n’y avait pas de séries. Il faut que ça change. » 

Sur le plan personnel, Huberdeau a atteint le statut de joueur étoile à ses deux dernières saisons avec des saisons de 92 points en 82 matchs et de 78 points en 69 matchs. Depuis deux ans, il se retrouve au 9e rang des meilleurs marqueurs de la LNH avec 170 points en 151 rencontres. 

« J’aimerais mieux terminer l’année avec 65 points, mais avec une participation aux séries, a-t-il répliqué. Je veux avoir une chance de gagner la coupe Stanley. C’est beau les buts et les points, mais quand tu ne fais pas les séries, ça ne veut rien dire. »

« Personnellement, je sens que je joue bien. Je continuerai à m’améliorer, j’en voudrai encore plus. J’aurai toujours le rôle de produire offensivement. Je ne changerai pas cette facette dans mon jeu. Je continuerai à amasser des points, mais je devrai aussi bien jouer défensivement. Je voudrai faire des Panthers une équipe gagnante. »

L’ère Zito 

Dans l’espoir de replacer l’équipe sur les rails, les Panthers ont indiqué la porte de sortie à Tallon. Ils l’ont remplacé par l’ancien adjoint à Jarmo Kekalainen à Columbus, Bill Zito. 

Huberdeau a aimé son premier contact avec son nouveau directeur général.  

« Je lui ai parlé une seule fois, je dirais deux jours après son embauche. Mais j’ai aimé notre discussion. J’ai ressenti qu’il avait un plan en tête. Bill sait où il s’en va. Il cherche à construire une bonne équipe pour les Panthers. Je crois qu’il s’inspirera des Blue Jackets. Nous jouerons avec beaucoup de caractère et d’énergie. » 

« Nous avions besoin de profondeur, a-t-il poursuivi. Nous marquions des buts, mais nous avions des trous dans notre jeu défensif. Nous aurons besoin de jouer à l’intérieur d’une meilleure structure, de resserrer notre jeu. Pour devenir une équipe dangereuse, nous devrons jouer dans le système de Joel. Nous ne pouvons pas toujours gagner 6 à 4. Une équipe finit toujours par avoir des pannes offensivement. »

Sur le plan offensif, les Panthers ont perdu deux marqueurs de plus de 20 buts en Mike Hoffman (toujours joueur autonome sans compensation) et Evgenii Dadonov (Ottawa).  

Zito a pris le pari de sacrifier des buts, mais surtout d’économiser plusieurs millions, en ajoutant deux défenseurs d’expérience en Radko Gudas et Markus Nutivaara.

« Nous avions besoin d’ajouter des défenseurs à caractère défensif, a expliqué Huberdeau. Nutivaara et Gudas rentrent dans cette catégorie. Gudas a aussi un côté méchant. Je n’aimais pas ça jouer contre lui. Il aidera à changer l’identité de notre équipe. »  

Le départ d’un bon ami 

Le défenseur Michael Matheson n’était plus dans les bonnes grâces des dirigeants des Panthers de la Floride.
Photo AFP
Le défenseur Michael Matheson n’était plus dans les bonnes grâces des dirigeants des Panthers de la Floride.

Jonathan Huberdeau n’a pas encore mis le cap sur la Floride. Le Québécois passera les prochains jours à Terrebonne en attendant le signal de Gary Bettman pour un retour au jeu. 

« J’attends avant de partir pour la Floride. La LNH devra nous donner un délai avant l’ouverture des camps, si nous finissons par trouver une entente, a expliqué Huberdeau. Mais j’aimerais rester ici pour fêter Noël avec ma famille. Je n’ai pas eu cette chance depuis plusieurs années. »

L’ailier gauche de 27 ans a aussi profité de la pause des derniers mois pour visiter un médecin. 

« Je me suis fait retirer un kyste dans le bas du dos. Ça fait un peu plus d’un mois. Au départ, je ne pouvais pas m’entraîner. J’ai pris une pause. Mais j’ai recommencé un entraînement intensif dans le gymnase depuis deux semaines. Je m’entraîne chez moi. Je serai de retour pour le début de la saison. Je dois m’assurer d’avoir une belle guérison. » 

Matheson contre Hornqvist

Huberdeau jouera la prochaine saison sans la présence d’un complice des quatre dernières années, le Montréalais Michael Matheson. 

Dans l’un de ses premiers gestes comme DG des Panthers, Bill Zito a échangé Matheson aux Penguins de Pittsburgh contre l’ailier droit Patric Hornqvist. 

« Je perds un bon ami avec le départ de Matheson, a répliqué Huberdeau. Mais je pense que cette transaction lui fera du bien. Il avait besoin d’un nouveau départ. Ce n’était pas toujours facile pour lui en Floride. Les coachs étaient durs avec lui. Il avait regardé le dernier match contre les Islanders des gradins. Je crois qu’il relancera sa carrière à Pittsburgh. Mike est un défenseur vraiment explosif. 

« Pour Hornqvist, on ajoute un gagnant à deux reprises de la coupe Stanley. J’ai aussi entendu dire qu’il travaillait très fort. Il se garde dans une bonne condition physique. Il sera aussi bon pour nous en se plaçant devant le filet de l’équipe adverse. Il marquera ses buts, et il jouera devant le gardien en avantage numérique. C’était le rôle de Barkov, mais on lui donnera une autre responsabilité. »

Une première

Zito a aussi fait confiance à Brett Peterson, comme DG adjoint. Huberdeau a salué l’embauche de cet Afro-Américain de 39 ans qui a une expérience comme agent de joueurs, mais aussi comme ancien défenseur à Boston College et dans la ECHL. 

« Je trouve ça le fun de voir qu’un premier homme noir occupera un poste de DG adjoint dans la LNH. Nous brisons une barrière. Mais je sais que les Panthers l’ont engagé pour ses connaissances au hockey, pas pour la couleur de sa peau. »