/news/currentevents
Navigation

«C’est un peu barbare de commencer à les abattre froidement comme ça»

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Longueuil a commencé à installer des cages près du parc Michel-Chartand en vue d’abattre une quinzaine de cerfs de Virginie. 

• À lire aussi: Abattage de cerfs à Longueuil: l’avocate Anne-France Goldwater menace d’aller en cour pour stopper l’opération

• À lire aussi: La Ville de Longueuil jugée seule responsable de l’abattage des cerfs

Pour le directeur général de Sauvetage Animal Rescue, Longueuil a tort d’agir de la sorte dans ce dossier, surtout après avoir nourri les animaux pendant des années.

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

«Ce qu’on trouve scandaleux, dans ce dossier-là, c’est que ce sont des cerfs qui ont été nourris par la Ville pendant des années. Et là soudainement, parce que ça ne fait plus l’affaire, on décide de sortir la carabine. Je trouve que ce n’est pas le genre de choses qu’on doit faire en 2020 dans une société civilisée», a dit en entrevue à Denis Lévesque Eric Dussault.

«C’est un peu barbare de commencer à les abattre froidement comme ça.»

L’organisme Sauvetage Animal Rescue avait proposé, la semaine dernière, un plan pour permettre de sauver les cervidés.

«Nous proposions de les capturer par sédation. L’animal est endormi, il est placé sous quarantaine pour évaluer son état de santé. Et suite à un examen vétérinaire complet et exhaustif, s’ils ne présentent aucun danger pour la santé publique, ils sont déménagés dans des refuges qui acceptent de les prendre», a détaillé M. Dussault.

«La Ville aurait eu le temps de faire marche arrière et d’opter pour une solution moins barbare.»