/news/health
Navigation

Le ministre Christian Dubé veut embaucher massivement des infirmières

Il compte réduire la dépendance du Québec au privé en santé

Christian Dubé
Photo Chantal Poirier Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a embauché un expert en compilation et analyse des données afin d’obtenir toute l’information opérationnelle nécessaire pour mieux gérer le réseau de santé.

Coup d'oeil sur cet article

Pour mettre fin à la mobilité du personnel en santé, le ministre Christian Dubé mise sur une opération d’embauche d’infirmières à temps plein en 2021. Pour l’instant, malgré le recrutement massif de préposés, le Québec est toujours aussi dépendant des agences de placement.

• À lire aussi: À Noël: «N’essayez pas de déjouer le système», avertit le ministre Dubé

• À lire aussi: Des conséquences importantes sur le système de santé

• À lire aussi: Réunions: Justin Trudeau comprend que François Legault nourrit l’espoir

Dans le réseau de la santé, le recours aux agences est depuis longtemps synonyme de mobilité de personnel, une façon de faire que M. Dubé souhaite enrayer.

Un premier portrait de la situation brossé par son cabinet à l’aide d’un nouvel outil de veille informationnelle révèle toutefois que le nombre d’heures de travail confiées à des agences au cours des six derniers mois s’approche déjà du total enregistré l’année précédente.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

En octobre, le réseau avait déjà eu recours à 3727 équivalents temps complet provenant d’agences privées.

À ce rythme, des données projetées pour 2021 tendent vers une hausse encore plus importante du recours au personnel d’agence.

Cette pratique, le ministre de la Santé aimerait bien y mettre fin, mais «ça ne se fera pas du jour au lendemain», a-t-il réalisé. «Je n’ai pas le personnel», a résumé M. Dubé, en entrevue avec notre Bureau parlementaire.  

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:    

Un enjeu avec les infirmières

Pour y arriver, après l’embauche massive de 10 000 préposés à temps plein en CHSLD, tout porte à croire que le gouvernement Legault devra procéder en 2021 à une opération d’envergure similaire avec les infirmières, dont la moitié sont à temps partiel.

«Mettez ça (l’embauche massive de préposés) en proportion avec les infirmières, puis je n’ai plus besoin d’agence», a exposé M. Dubé. 

Il s’agit d’un élément important de la négociation en cours avec la partie syndicale, sur laquelle le ministre n’a pas voulu trop s’étendre.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a publiquement fait état d’avancées, il y a quelques semaines, sur la création de postes à temps plein et des ratios patients-infirmières.

Une fois cet enjeu réglé avec les infirmières, M. Dubé s’attend à ce qu’une grande partie des problèmes de mobilité soient enfin réglés, comme il a réussi à le faire avec les préposés. Pour M. Dubé, c’est une question de «dignité pour les aînés».

«Rappelez-vous comment on a insisté pour que les préposés aux bénéficiaires soient à temps plein. C’est parce qu’on veut que ce soit toujours la même personne qui s’occupe du bénéficiaire. C’est pour ça. C’est une philosophie», a expliqué le ministre de la Santé.

Dans l’attente, le recours aux agences demeure «un mal nécessaire», considère M. Dubé.

Un arrêté ministériel a récemment été adopté afin de préciser les obligations du personnel d’agence, afin d’assurer le respect strict des règles de prévention de contrôle des infections.

Et un autre est toujours en cours de préparation afin d’interdire pour de bon la mobilité de la main-d’œuvre, comme il s’y était engagé dans son plan d’action pour la deuxième vague présenté à la mi-août.

«On le sait que ç’a été un de nos pires ennemis pendant la première vague», reconnaît encore aujourd’hui M. Dubé.

Le ministre déplore «la culture de gestion basée sur la mobilité» qu’il a découverte à son arrivée en poste au début de l’été.

«Avec la COVID, ce mode de gestion n’est plus acceptable. [...] Je ne peux plus accepter l’excuse qu’on le faisait avant. La COVID a changé les règles.» 

Les embauches de préposés en CHSLD          

  • Plus de 6500 préposés ont terminé leur formation     
  • Une troisième et dernière cohorte de 3500 autres préposés en CHSLD sera formée d’ici le printemps 2021     
  • En date du 11 novembre, 6798 embauches ont été comptabilisées dans les CHSLD.           

Le recours aux agences de placement de personnel en santé

Année 2019-2020  

  • Nombre d’heures confiées: 7 576 921  
  • Poste équivalent temps complet: 4149   

Avril-octobre 2020  

  • Nombre d’heures confiées: 6 806 360  
  • Poste équivalent temps complet: 3727   

2020-2021 (projeté)  

  • Nombre d’heures confiées: 13 612 720   
  • Poste équivalent temps complet: 7454