/sports/tennis
Navigation

Félix Auger-Aliassime à la recherche d’un entraîneur de premier plan

GSE-SPO-TEN-WTA-2020-US-OPEN---DAY-8
Photo d'archives, AFP Après une saison 2020 en dents de scie, Félix Auger-Aliassime est à la recherche d’un nouvel entraîneur.

Coup d'oeil sur cet article

Félix Auger-Aliassime a pris la décision de se séparer de son entraîneur Guillaume Marx dans les dernières semaines. Une décision qui n’a pas été prise sur un coup de tête.

• À lire aussi: C’est le divorce entre Auger-Aliassime et son entraîneur

• À lire aussi: Saison «compliquée», mais satisfaisante

« J’y ai longtemps réfléchi, a souligné Auger-Aliassime. À la fin de l’année, j’ai senti que c’était le bon moment. 

« Je sentais que notre collaboration avait atteint sa limite. Il était temps pour moi d’aller chercher de nouveaux conseils et d’avoir de nouveaux défis pour aller à la prochaine étape et au prochain niveau. »

Par contre, le 21e joueur mondial reconnaît que ce ne fut pas évident de couper les liens avec un des entraîneurs qui ont contribué à son ascension depuis ses années avec Tennis Canada. 

« Ce n’est jamais des décisions qui sont faciles et des moments faciles, a indiqué Auger-Aliassime. Avec les années, Guillaume était devenu un membre de la famille. Il va être toujours là. »

Pas pressé

Auger-Aliassime connaît déjà les critères du prochain entraîneur qu’il veut embaucher. On peut penser que la liste de candidats sera courte. 

« Ce changement ouvre une porte pour ajouter un mentor ou un nouveau conseiller qui a de l’expérience au plus haut niveau. Quelqu’un qui a accompagné un joueur dans sa conquête d’un Grand Chelem ou qui a lui-même gagné un Grand Chelem. 

« C’est une piste qu’on commence à ouvrir. Le reste de mon équipe demeure en place et Frédéric (Fontang), qui est investi dans notre projet. »

Avec Marx et Fontang, il est parvenu à se hisser dans le top 20 au monde. Auger-Aliassime souhaite maintenant passer à la prochaine étape, la plus difficile, soit de s’installer dans le top 10 mondial.

Ça signifie également de remporter ses premiers tournois sur le circuit de l’ATP. Il n’a pas encore remporté de titre depuis son entrée chez les professionnels en 2017.

Par contre, ce n’est qu’une question de temps avant que ça se produise. 

Pour atteindre son prochain objectif, il aura besoin d’un entraîneur de haut niveau, mais ça ne se trouve pas à tous les coins de rue. Il devra être compatible avec le style et la personnalité d’Auger-Aliassime. 

Le Québécois ne veut pas précipiter son choix dans ce dossier et on peut très bien le comprendre.