/news/health
Navigation

Les déléguées de la FIQ rejettent l'entente de principe

Hospital hallway
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

À peine entérinée, la première entente de principe sur les matières sectorielles est déjà rejetée par les déléguées de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ). 

• À lire aussi: Première entente de principe entre la FIQ et Québec

La décision a été prise au cours d’une réunion extraordinaire du Conseil national de la FIQ et de son pendant du secteur privé. Les déléguées de la FIQ ont pris tout le temps nécessaire pour décortiquer le contenu de l’entente intervenue la veille.  

Lundi, le gouvernement Legault et la FIQ annonçaient bruyamment la première entente de principe sur les matières sectorielles entre les deux parties.    

  • Écoutez La rencontre Dutrizac et Dumont sur QUB radio:   

«Malgré certains gains importants, les déléguées ont jugé que dans le contexte actuel, ces derniers n'étaient pas suffisants pour donner le coup de barre nécessaire dont les professionnelles en soins ont tant besoin», a réagi par communiqué la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, mardi. 

La présidente de la FIQ annonce un retour à la table de négociation «au cours des prochains jours», sans compter que l’aspect salarial n’a pas encore été abordé. 

«Notre objectif était et sera toujours le même: obtenir des conditions de travail qui auront des effets importants, bénéfiques et durables dans le temps pour les infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques du Québec», a ajouté Mme Bédard.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Réagissant à la décision de la FIQ, la ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, n’a pas caché sa déception.

«Nous sommes déçus de ce résultat puisque les équipes de négociation avaient travaillé conjointement afin d’en arriver à une entente de principe négociée, jugée satisfaisante», a déploré la ministre LeBel.

Mme LeBel dit vouloir comprendre les raisons du rejet de l’entente qui, selon elle, «venait d’introduire des solutions pour corriger la surcharge de travail et la stabilisation des équipes».

«Nous réitérons notre détermination à en arriver à une entente rapidement pour renouveler la convention collective des professionnels en soins», a-t-elle ajouté.