/finance/business
Navigation

La vente du Cirque du Soleil est finalisée

Coup d'oeil sur cet article

La vente du Cirque du Soleil a été finalisée mardi, et l’entreprise de divertissement montréalaise est sortie du processus de protection contre ses créanciers. 

• À lire aussi: Des employés du Cirque du Soleil sur la corde raide

• À lire aussi: La cour approuve la vente du Cirque du Soleil

Le fonds torontois Catalyst Capital est maintenant propriétaire de la multinationale, ce qui met fin à l'aventure québécoise au sein du Cirque. En vertu de l'accord qui avait été annoncé en août dernier, les anciens détenteurs du fleuron québécois – le fonds américain TPG, le groupe chinois Fosun et la Caisse de dépôt et placement du Québec – se retrouvent écartés de l'actionnariat du Cirque.

La compagnie a confirmé mardi que Daniel Lamarre demeurera en place comme président et chef de la direction du Groupe Cirque du Soleil. Il siégera toujours au conseil d'administration.

«Je suis reconnaissant de la confiance que nos nouveaux propriétaires manifestent envers notre équipe de direction, a-t-il affirmé par communiqué. Je suis prêt à contribuer, aux côtés de nos nouveaux actionnaires, à bâtir sur les succès passés et à appliquer une discipline à nos opérations afin que le Cirque puisse poursuivre sa croissance et continuer d'accomplir sa mission, soit de partager sa vision artistique extraordinaire avec les publics du monde entier.»

Le conseil d’administration sera coprésidé par Jim Murren, l’ancien PDG de MGM Resorts International, et par Gabriel de Alba, directeur général et associé de Catalyst Capital. Ils remplacent Mitch Garber, qui avait déjà annoncé son départ.

«Guidée par l'excellente équipe de direction du Cirque, ainsi que par les compétences et l'expérience du nouveau conseil d'administration, l'entreprise a un potentiel d'expansion et de croissance mondiale», a déclaré Gabriel de Alba.

Les nouveaux propriétaires de l'entreprise de divertissement forcé de se placer sous la protection des tribunaux en juin dernier après l'annulation de tous ses spectacles en raison de la pandémie de COVID-19 ont accepté de radier 900 M$ en dette du Cirque, en plus d'injecter 375 M$ US dans sa relance.

Le groupe d'investisseurs mené par Catalyst Capital a aussi promis de conserver le siège social du Cirque au Québec pendant cinq ans.