/news/provincial
Navigation

Le comité de vigilance du Port de Québec s'oppose à Laurentia

Le comité de vigilance du Port de Québec s'oppose à Laurentia
Photo Courtoisie, Administration portuaire de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le comité qui surveille les activités du Port de Québec, avec la conseillère Suzanne Verreault à sa tête, se prononce contre le projet Laurentia.

• À lire aussi: Projet Laurentia: un rapport «incomplet», regrette le Port

• À lire aussi: Le Bloc veut que le processus environnemental québécois s’applique

Le Comité de vigilance des activités portuaires (CVAP) a publié sa position mardi. « En raison des faits qui ont été documentés par les experts-évaluateurs sur l’impact négatif que le projet Laurentia aura sur la qualité de l’air dans les quartiers et la qualité de vie dans les quartiers centraux de la Ville de Québec, le CVAP s’oppose à la réalisation du projet d’agrandissement du Port de Québec », écrit le Comité.

Il s’agit de la position des membres votants, qui sont les deux conseillères d’Équipe Labeaume Suzanne Verreault et Geneviève Hamelin, les représentants des conseils de quartier et ceux du Conseil régional de l’environnement. 

La conseillère municipale Suzanne Verreault
Photo d'archives
La conseillère municipale Suzanne Verreault

Retirer l’appui

« Le CVAP demande au gouvernement du Québec et à la Ville de Québec de retirer son appui et recommande au gouvernement du Canada de ne pas autoriser l’exécution du projet Laurentia. »

Les deux conseillères se placent ainsi en porte-à-faux avec la position officielle de l’administration Labeaume. À leur voix s’est ajoutée celle du conseiller de Saint-Roch, Pierre-Luc Lachance, qui s’est également opposé à Laurentia.

Le maire, Régis Labeaume, s’est fait un ardent défenseur du projet. De même, le gouvernement Legault a appuyé le projet et en fait la promotion.

Le maire a indiqué qu’il laissait à ses conseillers le loisir de se prononcer contre le projet publiquement. 

Mardi, le premier ministre, François Legault, a apporté cependant un bémol, disant étudier le rapport de l’Agence d’évaluation d’impact, qui faisait état de nombreux effets négatifs du projet. « On veut s’assurer aussi qu’il aura une formule pour s’assurer nous-mêmes des impacts sur l’environnement. »