/news/politics
Navigation

Agression sexuelle : André Boisclair devra encore attendre

Agression sexuelle : André Boisclair devra encore attendre
Photo Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

André Boisclair devra encore attendre avant de voir des développements dans son dossier d’agression sexuelle armée, puisque son avocat a obtenu ce matin deux mois supplémentaires avant d’annoncer ses couleurs. 

• À lire aussi: Boisclair a le même avocat que Salvail

• À lire aussi: Une autre plainte d’agression contre André Boisclair

« La demande est de mon initiative », a assuré à la cour Me Michel Massicotte, ce mercredi au palais de justice de Montréal.

Le procureur de la Couronne, de son côté, a assuré qu’il était prêt à procéder.

Depuis mai, l’ancienne étoile montante de la politique fait face à de graves accusations de crimes sexuels qui seraient survenus à Montréal en janvier 2014, soit juste après la fin de son mandat comme délégué général du Québec à New York.

Selon le mandat dans le dossier, il aurait agressé sexuellement une personne alors qu’il était armé, ainsi qu’avec la participation d’un tiers. À ce stade-ci des procédures, aucun détail n’a filtré. On ignore ainsi qui est la victime, ainsi que l’identité du fameux « tiers », qui à ce jour n’a pas été accusé.

« On ne peut pas en dire plus pour le moment », a commenté Me Luc Pagé de la poursuite, juste après la brève audience de ce matin.

Mais avant de subir son procès, Boisclair devra d’abord se soumettre à une enquête préliminaire. Cette étape, qui permet à un juge de s’assurer que la preuve de la Couronne justifie les accusations déposées contre l’ex-politicien, pourrait être fixée lors de la prochaine audience au mois de janvier.

D’ici là, Boisclair, 54 ans, restera en liberté.