/world/europe
Navigation

Allemagne: les accidents vasculaires mortels en hausse durant les restrictions

Allemagne: les accidents vasculaires mortels en hausse durant les restrictions
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les accidents vasculaires mortels, dont les AVC et infarctus, ont augmenté en Allemagne au printemps dernier après la mise en place de restrictions contre la pandémie de nouveau coronavirus, révèle mercredi une étude. 

• À lire aussi: L'économie allemande repartie en force cet été

• À lire aussi: Allemagne: le chef de la diplomatie dénonce les comparaisons des antimasques avec le nazisme

Le nombre de patients victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’un infarctus étant décédés dans les 30 jours suivants s’est élevé à 740, soit une hausse d’environ 15% par rapport à 2019, selon une étude de la caisse d’assurance maladie allemande AOK.

L’étude porte sur la période allant du 16 mars au 5 avril, au moment de la mise en place en Allemagne de mesures de restrictions comme la fermeture de magasins, bars, restaurants ou les limitations des rassemblements privés, mais pas de confinement strict.

En 2019, 714 personnes étaient décédées d’AVC ou infarctus sur la même période, selon cette étude basée sur les prises en charge par cette caisse d’assurance maladie.

Les femmes âgées ont été particulièrement concernées, avec 368 patientes de plus de 80 ans décédées d’AVC ou infarctus, contre 327 en 2019. 

L’étude relève que moins de patients ont été hospitalisés pour ces motifs au printemps 2020, avec une baisse de 15% des patients pris en charge pour des AVC à un stade avancé et de 28% pour des accidents cardiaques graves.

L’enquête d’AOK estime ainsi que nombre de patients décédés sont arrivés trop tard à l’hôpital ou en clinique pour être pris en charge de façon efficace.

« La crainte d’une infection (dans l’établissement hospitalier) à la COVID-19 a pu dissuader les patients présentant des symptômes légers », explique Jürgen Klauber, directeur de l’institut scientifique.

Cette crainte « doit être dissipée chez les patients car chaque minute compte dans la prise en charge des crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux », met-il en garde, assurant que les dispositifs de prise en charge d’urgence ont été maintenus à niveau voire améliorés dans les établissements sanitaires, qui n’ont pas été débordés en Allemagne lors de la première vague, malgré l’afflux de malades de la COVID.