/finance
Navigation

Baisse des investissements dans le secteur minier en 2019 et 2020

Coup d'oeil sur cet article

Les investissements sont en diminution depuis deux ans dans le secteur minier québécois, selon des données publiées mercredi par l’Institut de la statistique du Québec. 

En 2019, les investissements ont baissé de 8,5 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 2,978 milliards $. Et selon les prévisions fournies par les minières, ces dépenses vont reculer de 2,4 % cette année par rapport à l'an dernier, pour se chiffrer à environ 2,9 milliards $.

Pour 2019, l'Abitibi-Témiscamingue a été la région la plus affectée avec une baisse de 21,6 % des investissements comparativement à 2018. La Côte-Nord a connu un repli de 9,9 %. Par contre, le Nord-du-Québec a vu les investissements miniers grimper de 1,5 % en 2019. Ces trois régions accaparent 94 % des investissements de la province, selon l’Institut de la statistique du Québec.

Les dépenses pour les complexes miniers, qui comprennent l’aménagement des mines, les immobilisations, ainsi que l’entretien des bâtiments ou de l’équipement, ont plongé de 8 % en 2019 et devraient perdre un autre 6,3 % en 2020. Il s’agit du domaine où les déboursés sont les plus forts dans cette industrie. Ces frais étaient de 2,475 milliards $ en 2019.

Du côté des travaux d'exploration et de mise en valeur de gîtes minéraux, la chute a été encore plus marquée: -10,9 % en 2019 par rapport à 2018. Toutefois, un rebond de 17 % est prévu pour 2020 pour atteindre 589 millions $.

Ces dépenses se font surtout dans le secteur des métaux précieux, mené par l’or, qui accapare 70,3 % des frais pour l’exploration et la mise en valeur contre 13,1 % pour des matières liées aux nouvelles technologies comme le graphite, le lithium et les terres rares.