/world/pacificasia
Navigation

Coronavirus: Tokyo impose des restrictions face à la montée des infections

Coronavirus: Tokyo impose des restrictions face à la montée des infections
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Tokyo a exhorté mercredi ses habitants à éviter les sorties non essentielles et demandé aux commerces servant de l’alcool de fermer plus tôt alors que le nombre d’infections au coronavirus est en augmentation au Japon.

• À lire aussi - Covid-19: nouvelle récession au Nigeria, première économie d'Afrique

• À lire aussi - Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Le pays a été relativement épargné jusqu’ici par la pandémie de COVID-19 (avec un peu plus de 2000 décès et 135 400 infections, selon des chiffres officiels) et il n’a pas imposé les mesures de confinement qu’on observe ailleurs. Mais il est maintenant confronté à un nombre record d’infections quotidiennes.

« Je voudrais demander aux habitants de Tokyo d’éviter autant que possible les sorties non indispensables, pour prévenir une augmentation du nombre d’infections », a déclaré la gouverneure de la capitale Yuriko Koike lors d’une conférence de presse.

Mme Koike a aussi appelé la population à adopter le télétravail.

Aucun de ces appels n’est cependant contraignant. Même l’état d’urgence déclaré au printemps lors du premier pic d’infections n’a pas sanctionné les habitants qui ont défié les appels à rester chez eux ou les établissements ayant refusé de fermer leurs portes.

La gouverneure a également demandé aux établissements servant de l’alcool, y compris les karaokés, de fermer leurs portes à 22 h à partir de samedi, pour une période de trois semaines. Ceux qui s’exécuteront pourront bénéficier d’aides.

L’association médicale du Japon a par ailleurs averti mercredi que « le système de santé risquait de s’effondrer dans tout le pays ». « Si le nombre d’infections augmente rapidement, nous n’aurons pas (assez, NDLR) de lits pour les patients atteints du coronavirus et les autres », a déclaré son président, Toshio Nakagawa.

Le premier ministre Yoshihide Suga a déclaré la semaine dernière que le Japon était en « alerte maximale » face au coronavirus et son gouvernement a été contraint de faire machine arrière sur une campagne controversée destinée à encourager le tourisme intérieur.

M. Suga avait d’abord insisté sur le fait qu’il ne réduirait pas l’échelle de cette campagne dite « Go To », mais a par la suite permis à chaque région de choisir de ne pas participer. Les villes d’Osaka et Sapporo, particulièrement touchées, ont ainsi été exclues du programme.