/finance/business
Navigation

Internet haute vitesse en région: Cogeco, Vidéotron et Maskicom reviennent à la charge contre Bell

Bell Logo
Photo d'archives, Reuters

Coup d'oeil sur cet article

Les fournisseurs de services internet Cogeco Connexion, Vidéotron et Maskicom reprochent à nouveau à Bell de se trainer les pieds concernant l’accès à ses poteaux pour pouvoir déployer leur réseau à large bande. 

• À lire aussi: Internet haute vitesse: la mairesse de Saint-Mathieu-du-Parc déplore le manque de transparence de Maskicom

• À lire aussi: Internet en région : les citoyens pris en otage

Ces trois compagnies ont déclaré par communiqué, mercredi, que ces «pratiques anticoncurrentielles et déloyales de Bell restreignent considérablement la capacité des fournisseurs de services à livrer leurs projets d'expansion d'internet haute vitesse en région».

Cogeco Connexion, Maskicom et Vidéotron soutiennent que les mesures annoncées par Bell le 30 octobre «ne règlent nullement les problèmes actuels», car seulement 13 % des 300 projets en attente de permis de la part de Bell pourraient se concrétiser grâce à ces allègements.

Ces entreprises soulignent que cinq des sept allègements réglementaires étaient en tout ou en partie déjà en place, tandis que les deux autres ont un faible impact sur les délais d'attente.

«Il s'agit d'une autre opération orchestrée par Bell dont le seul et unique but est de faire croire aux Québécois qu'elle souhaite enfin agir différemment, a mentionné Jean-François Pruneau, président et chef de la direction de Vidéotron. Pourtant, rien n'est moins vrai. Sur le terrain, nos équipes se butent aux mêmes délais injustifiés depuis des mois, alors que l'urgence de brancher les régions est bien réelle. Dois-je rappeler que la pandémie a rendu l'accès à internet haute vitesse essentiel au bien-être social et économique des régions?»

Cogeco s’est dite déçue du comportement de Bell.

«Nous avons été très patients et avons tenté de collaborer proactivement à plusieurs reprises et de plusieurs manières afin d'aider à la recherche de solutions aux problèmes d'accès aux poteaux de Bell, comme la possibilité de déployer nos réseaux et de procéder par la suite à la mise à niveau des structures lorsque la sécurité du public n'est pas en danger. Force est de constater que nos efforts sont vains», a dit Frédéric Perron, président de Cogeco Connexion.

Ces trois compagnies affirment que ces problèmes d’accès aux poteaux de Bell n’existent pas avec Hydro-Québec qui «a agi rapidement et fait preuve de flexibilité dans son approche».

Dans cette affaire, Vidéotron a intenté une poursuite en septembre de 12,7 millions $ contre Bell et sa filiale Télébec devant la Cour supérieure, en plus de demander au Bureau de la concurrence du Canada d’enquêter sur l’accès aux poteaux.

Bell a répliqué qu’elle «doit se conformer aux exigences techniques, de sécurité et autres exigences réglementaires du CRTC [Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes]».

«Environ 90 % des demandes d'accès aux poteaux sont traitées dans les délais réglementaires, tandis que les 10 % restants sont soit non conformes, soit nécessitent un travail préparatoire», a précisé la porte-parole de l’entreprise, Caroline Audet par courriel.