/news/coronavirus
Navigation

Le Pakistan craint une seconde vague de COVID-19 plus mortelle

Le Pakistan craint une seconde vague de COVID-19 plus mortelle
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les hôpitaux au Pakistan se remplissent de malades de la COVID-19 et sont proches de la saturation, a-t-on appris mercredi de sources médicales, les autorités craignant une seconde vague plus meurtrière que la première.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Des patients atteints du coronavirus commencent à être refusés par des hôpitaux, ont indiqué à l’AFP des docteurs, qui craignent que le pays, largement épargné jusqu’ici, ne se dirige vers une crise sanitaire majeure.

« Les deux prochaines semaines seront cruciales et notre situation va s’aggraver », a déclaré Qaisar Sajjad, le secrétaire général de l’Association médicale pakistanaise.

« Environ 95 % des lits sont occupés. Seuls quelques hôpitaux ont encore des places, mais la plupart sont pleins et refusent de prendre plus de patients », a-t-il ajouté.

Selon M. Sajjad, le virus se révèle cette fois-ci « beaucoup plus meurtrier » que lors de la première vague.

Le Pakistan, au système de santé sinistré, semblait promis au pire lorsque les premiers cas de COVID-19 ont été diagnostiqués sur son territoire en février.

Mais les services d’urgence, un temps dépassés, s’étaient rapidement désengorgés. Les experts avaient constaté que le taux de personnes asymptomatiques était plus élevé que dans beaucoup d’autres pays, ce qui pourrait être lié à la démographie du Pakistan, où l’âge médian est d’à peine 22 ans.

Les derniers chiffres officiels font état de 382 000 personnes infectées pour 7800 morts. Même si nombre d’experts estiment qu’ils sont en réalité bien plus élevés, le nombre de tests étant limité, cela reste plutôt faible pour un pays de 200 millions d’habitants.

Mais inquiet de la tendance actuelle, le gouvernement du Premier ministre Imran Khan, qui s’est toujours refusé à imposer un confinement national, estimant que l’économie de son pays ne pouvait se le permettre, a annoncé cette semaine la fermeture des écoles et interdit aux restaurants d’accueillir des clients en intérieur.

Faisal Sultan, le conseiller spécial du premier ministre pour la Santé, a indiqué mardi à la télévision que le ratio de personnes positives et le taux de mortalité du virus étaient en hausse.

« La vague actuelle de COVID-19 est plus mortelle » que la première, a-t-il mis en garde. « L’épidémie se répand rapidement et nous devrions tous nous en inquiéter ».

Les autorités imputent la dégradation de la situation au mauvais respect des consignes de distanciation physique et d’hygiène.

L’absence de port du masque a été particulièrement notable ces dernières semaines lors de plusieurs manifestations de l’opposition, ou lors de funérailles samedi à Lahore (est) d’un leader islamiste radical qui ont attiré des centaines de milliers de personnes.

À Lahore, les unités de soins intensifs sont remplies et les ventilateurs commencent à manquer, a expliqué à l’AFP Khizer Hayat, président de l’Association des jeunes docteurs de la province du Pendjab.

« La situation est particulièrement grave maintenant au Pakistan », a-t-il déclaré, appelant le gouvernement à durcir ses mesures.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres