/news/provincial
Navigation

Chantier sur la route de l'Église: les commerçants «ne veulent pas montrer leurs chiffres»

Chantier sur la route de l'Église: les commerçants «ne veulent pas montrer leurs chiffres»
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec est bien peu réceptif aux récriminations des commerçants de la route de l'Église et leur reproche de ne pas vouloir montrer leurs chiffres pour bénéficier de la totalité de l'aide financière. 

• À lire aussi: Route de l’Église: l’aide aux marchands était «inatteignable»

• À lire aussi: Chantier: peu de réclamations sur la route de l'Église

Les marchands sont très peu nombreux à avoir réclamé l'aide maximale de 30 000 $ à la Ville de Québec en compensation des inconvénients causés par le chantier qui a eu lieu devant chez eux. La plupart n'ont demandé que la subvention de base de 5000 $, découragés par les critères «inatteignables» fixés par la Ville pour le reste.

Le maire Régis Labeaume a jeudi vanté son programme d'aide qui est donné en exemple par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Les commerçants, dit-il, n'ont eu aucun problème à réclamer les premier 5000 $. Il fallait, pour cela, prouver qu'on a une place d'affaires sur l'artère. 

Quant aux 25 000 $ supplémentaires, s'ils les veulent, les commerçants doivent se plier aux règles, tranche-t-il. «Les gens ne veulent pas montrer leurs chiffres. En passant, c'est pas vrai que ça coûte 5000-10 000 $ d'avoir la signature d'un comptable agréé. Ça coûte 2000 $. C'est faux. Les gens, ce qu'ils voudraient, c'est qu'ils nous disent qu'ils sont rendus là, pis on demande aucun papier, pis on leur envoie un chèque. C'est pas de même que ça marche dans la vie.»

Il réitère que son programme est très «léger» dans ses critères.