/news/coronavirus
Navigation

Confinement : un dentiste Québécois condamné aux îles Caïman

Confinement : un dentiste Québécois condamné aux îles Caïman
archives, Chantal Poirier | Journal de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

En voyage aux Îles Caïman, un dentiste québécois et son épouse ont écopé d’une amende de 1000 $ chacun après avoir brisé à de multiples reprises leur quarantaine de 14 jours qu’ils devaient pourtant respecter à leur arrivée au pays. 

Le dentiste Pascal Terjanian, qui pratique à Terrebonne, et son épouse Christina Gurunian ont reconnu leur culpabilité lors d’une comparution qui s’est déroulée sur Zoom. Le couple qui souhaitait d’abord plaider non coupable a été informé que des preuves vidéos avaient été retenues contre eux, rendant leur défense plus difficile.

Ils sont arrivés aux Îles Caïman le 13 novembre dernier. La justice leur reprochait d’être sortis une quinzaine de fois de leur condo alors qu’ils devaient rester en isolement.

Ils ont notamment fréquenté un supermarché, une boutique de vente d’alcool, se sont baignés dans la mer et ont fait des marches main dans la main au coucher du soleil.

Ils ont également tenté de se camoufler en effectuant leurs sorties en portant des chapeaux et en vérifiant les allées et venues des gardiens de sécurité, rapporte un média local.

Ils étaient autorisés à rester sur le territoire jusqu’au 1er décembre, ce qui ne leur laissait que quatre jours de liberté sous le soleil. Ils ont finalement choisi de quitter le territoire des Caraïbes plus tôt que prévu.

Sentence bonbon

La sentence «bonbon» provoque l’ire de la population locale, qui considère qu’il y a deux justices dans le pays : une pour les riches et une pour les pauvres.

Ce type d’infraction dans les Îles Caïman devrait être passible de 10 000$ d’amende ou d’emprisonnement.

En plus de l’amende, le dentiste de Terrebonne et son épouse ne peuvent retourner dans ce territoire où ils possèdent un condo, tant que les restrictions sanitaires sont en place, indique un média local, le Cayman Marl Road.

Multiples problèmes au Québec

Le dentiste Pascal Terjanian est bien connu de l’Ordre des dentistes du Québec : inconduite sexuelle, mauvais traitements, manque d’intégrité, la liste de faits reprochés est longue.

Depuis près de 20 ans, 35 plaintes ont été déposées contre lui par son ordre professionnel. Il s’agit de 11 plaintes déontologiques et de 24 plaintes pour non-collaboration. L’avocat du dentiste a toujours affirmé que l’Ordre s’acharnait sur son client.

Entre décembre 2008 et mars 2009, à sa résidence de Laval, le dentiste aurait commis des gestes abusifs à caractère sexuel envers une patiente avec qui il était en relation professionnelle.

Devant le Conseil de discipline, la patiente a relaté que le Dr Terjanian l’aurait invitée chez lui, puis dans sa chambre, où il aurait ensuite commencé à la caresser et à la déshabiller de force. Il aurait ensuite tenté de lui ouvrir les jambes, mais elle aurait résisté. Il l’aurait pénétrée trois ou quatre fois avant d’arrêter, rapportait notre Bureau d’enquête en 2018.

Radié temporairement

Le 26 août dernier, il a écopé d’une radiation temporaire de quatre mois ainsi qu’une limitation permanente en orthodontie. Il doit également acquitter une amende de 18 000 $, le tout pour des infractions remontant à 2005 et 2006. Il doit également payer des déboursés à l’Ordre des dentistes incluant les frais d’expertise et la publication de l’avis.

• À lire aussi: Dentiste dangereux pour le public, dit le syndic

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres