/opinion/columnists
Navigation

J’ai mal à mon Saguenay

Coup d'oeil sur cet article

« Depuis le mois de mars, la COVID était des chiffres, depuis quelques semaines c’est des noms », écrivait hier une amie du Saguenay, où la situation continue d’être des plus préoccupante.

Cette réflexion s’est imposée pour bien des gens qui vivent ou sont originaires de la région avec l’annonce, hier, du décès de Marc-André Bédard, figure bien connue et des plus appréciées, cofondateur du PQ avec René Lévesque et ex- ministre de la Justice. 

Emporté par des complications dues à la COVID-19, M. Bédard a marqué non seulement l’histoire politique de la région, mais aussi de tout le Québec. Sa gentillesse, sa disponibilité, son ouverture étaient remarquables et en faisaient aussi un politicien admirable. 

Son départ est venu mettre à nouveau un visage sur les ravages que cause ce virus. J’en profite pour offrir mes plus sincères condoléances à la famille, dont fait partie Stéphane Bédard, ex-député et ministre.

Hécatombe

Comme Marc-André Bédard, plus de cent personnes sont décédées de ce virus dans la région. Comme lui, plusieurs sont des personnes âgées et qui vivaient dans des résidences pour aînés. 

Après avoir été désigné comme la région la plus touchée au Canada, la semaine dernière, le Saguenay–Lac-Saint-Jean enregistrait hier une remontée des cas. 

Les autorités rapportent que 4514 personnes ont contracté l’infection depuis le printemps sur le territoire. Les hôpitaux débordent, et le réseau de la santé craque sous la pression.

Mêmes précautions

À Québec aussi, on y a goûté lors de la deuxième vague, se voyant affubler du titre peu enviable d’épicentre de la pandémie au Québec, en septembre. La situation actuelle dans la capitale n’est guère parfaite, certes, mais elle s’est stabilisée. 

Pour ce faire, il a fallu insister auprès de la population afin qu’elle soit encore plus prudente et qu’elle s’isole le plus possible. Les mêmes précautions doivent être prises chez les Bleuets.

On a beau vivre loin des plus grands centres urbains, ce virus ne connaît pas de frontières et s’installe sournoisement pour croître de façon exponentielle. Il faut maintenant tout mettre en œuvre pour arrêter sa progression et l’empêcher de faire encore plus de victimes.