/misc
Navigation

Le vaccin, le vrai test pour Justin Trudeau

CANADA-HEALTH-VIRUS-TRUDEU
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la pandémie, les Canadiens sont généralement satisfaits du travail du premier ministre Justin Trudeau et de son gouvernement. L’aide pour les travailleurs, les employeurs et les familles a été au rendez-vous, mais le plus important test s’en vient pour le député de Papineau, celui de la vaccination.

On sait déjà que les États-Unis vont administrer les premières doses du vaccin dès le 11 ou le 12 décembre. On sait même que les autorités médicales américaines seront en mesure de vacciner 6,4 millions de personnes lors de la première semaine de vaccination.

Pendant ce temps, ici, on ne le sait pas.

En fait, on sait que le Canada a des ententes pour 194 millions de doses de vaccins (jusqu’à 414 millions avec les options), mais quand les médias et les partis d’opposition posent la question au premier ministre sur l’arrivée des vaccins au pays, les réponses manquent de précision.

Mardi, le premier ministre a reconnu ouvertement que les Canadiens ne seront pas les premiers à être vaccinés : « On va commencer à recevoir des doses dans les premiers mois de l’année prochaine, mais effectivement, les toutes premières doses, on peut comprendre qu’une compagnie qui produit des vaccins aux États-Unis va commencer à distribuer aux États-Unis avant de distribuer à l’international. »

Théoriquement, le premier ministre a raison quand il dit que le Canada a beaucoup d’ententes pour des candidats vaccins et que c’est normal que les pays qui financent la recherche se servent en premier.

Cependant, cette information n’a jamais été mentionnée par les membres du gouvernement lors des annonces entourant les différentes ententes avec les compagnies pharmaceutiques.

De plus, au niveau pratique, si les États-Unis, le Mexique et la France commencent bel et bien la vaccination juste avant ou après la période des Fêtes, Justin Trudeau risque de trouver le temps long avant que ça commence ici. On peut se douter que les Canadiens ne seront pas très patients. La pression va monter vite, il va faire chaud dans la cuisine!

Justin Trudeau est à la tête d’un gouvernement minoritaire. Il aurait sans doute bien aimé que le NPD vote contre son Discours du trône en septembre pour déclencher une campagne avant la vaccination et le prochain budget.

Alors, si le vaccin n’arrive pas rapidement au pays au début de la nouvelle année, il y a de fortes chances que la prochaine campagne électorale soit à l’automne prochain plutôt qu’à la fin de l’hiver.

Comme quoi, la politique c’est souvent un concours de circonstances.