/news/provincial
Navigation

Ville de Québec: toutes les piscines extérieures ne seront chauffées qu'en 2022

NOYADE
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Équipe Labeaume avait promis, lors de la campagne électorale de 2017, de chauffer toutes les piscines extérieures d'ici 2020. Elles ne le seront finalement qu'en 2022.

C’est ce qu’on a pu apprendre, vendredi, lors des comités pléniers tenus à l’Hôtel de Ville de Québec.  

Il y a eu une certaine confusion dans les informations données par les fonctionnaires de la Ville au cours de la journée. D'abord, Marie-Hélène St-Onge, directrice du Service des loisirs, a affirmé que les deux dernières piscines qui n’étaient pas encore chauffées le seraient en 2021. 

Or, lors de la présentation du service de la gestion des immeubles en après-midi, la Ville a corrigé l'information. C'est le conseiller Steeve Verret qui a apporté la précision. «Il y en aura deux en 2021 qui vont être faites et trois en 2022 qui vont être terminées. C'est l'information qu'on aurait dû donner ce matin.»

Les piscines qui restent à chauffer sont, en 2021, Raymond-De Rosa, Notre-Dame-de-Foy, et, en 2022, Sainte-Geneviève, Bardy et Saint-Yves.

Des sommes récurrentes annuelles de 250 000$, investies de 2021 à 2025, permettront de réaliser divers travaux dans les piscines, comme des changements de tremplins qui sont «en fin de vie utile», avait ajouté Mme St-Onge. 

Promesse de 2017

En octobre 2017, lors de la dernière campagne électorale, le maire de Québec avait indiqué que «là, on a 37 piscines extérieures à Québec. On en a 15 qui sont chauffées et 22 qui ne le sont pas. À terme, d’ici trois ans, elles vont toutes être chauffées». 

À l’époque, il avait ajouté: «ç’a l’air de rien, mais je peux vous dire qu’il y a du monde qui vont adorer».

Le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, a réagi en fin de journée, déplorant les informations contradictoires. «C'est une promesse électorale de Régis Labeaume en 2017 qui ne sera pas remplie.»

Nouveau terrain de soccer

Par ailleurs, le Service des loisirs a révélé qu'il envisage la construction d'un nouveau terrain de soccer synthétique dans l'arrondissement de la Haute-Saint-Charles, au coût de 2,8 M$.  

La pratique du soccer est de plus en plus populaire dans cet arrondissement, a souligné Marie-Hélène St-Onge, directrice du service, et la fusion de deux clubs de soccer pourrait mener à la création d'une équipe AAA.  

La Ville n'a cependant pas arrêté son choix sur le terrain précis. Richard Marchand, de la division plein air et animation urbaine, a indiqué que les emplacements des terrains actuels étaient tous étudiés.  

«On veut arriver avec une recommandation sur le meilleur endroit pour s'assurer qu'on ne nuit pas au voisinage et qu'on répond à l'ensemble des besoins des organismes», a-t-il fait savoir.