/world/pacificasia
Navigation

L'universitaire libérée par l'Iran de retour en Australie

L'universitaire libérée par l'Iran de retour en Australie
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Sydney | La chercheuse australo-britannique Kylie Moore-Gilbert, libérée après deux ans de détention en Iran pour espionnage, est rentrée vendredi en Australie, ont annoncé les médias. 

Après plus de 800 jours de prison, cette spécialiste du Moyen-Orient a atterri à l'aéroport de la capitale Canberra, selon la chaîne publique australienne ABC.

Son arrivée s'est faite dans la plus grande discrétion, le gouvernement australien affirmant que cette universitaire de 33 ans a demandé le respect de sa vie privée le temps de se remettre de cette épreuve.

Elle a été libérée vendredi après deux années de détention qu'elle a qualifiées d'«épreuve longue et traumatisante».

Sa libération a été obtenue en échange de celle de trois Iraniens accusés d'avoir été impliqués dans un complot présumé contre des diplomates israéliens: Masoud Sedaghatzadeh, Mohammad Khazaei et Saeed Moradi, qui avait perdu ses deux jambes dans l'explosion d'une bombe à Bangkok en 2012

Un avion du gouvernement australien s'est posé vendredi soir à Canberra en provenance d'une base aérienne située sur la côté ouest de l'immense île-continent sur laquelle Mme Moore-Gilbert aurait été transférée depuis son vol en provenance du Moyen-Orient.

Elle avait été arrêtée en 2018 par les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique, après avoir assisté à une conférence à Qom, dans le centre. 

Elle avait été inculpée d'espionnage et condamnée à 10 ans d'incarcération, des accusations qu'elle a toujours niées.

«Je suis venue en Iran en amie, avec de bonnes intentions», a-t-elle affirmé dans un communiqué diffusé par le gouvernement australien, dans lequel elle rend aussi hommage aux Iraniens «chaleureux de cœur, généreux et braves».

Le gouvernement thaïlandais a confirmé que MM. Sedaghatzadeh et Moradi avaient été transférés en qualité de prisonniers en Iran, tandis que M. Khazaei avait bénéficié d'une grâce royale en août.